Même très jeunes, les enfants pourraient se mettre à la place des autres

Même très jeunes, les enfants pourraient se mettre à la place des autres

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Avant l’âge de 3 ans, les tout-petits comprendraient déjà que les gens qui les entourent ne pensent pas nécessairement comme eux.

5 décembre 2016 | Avant l’âge de 3 ans, les tout-petits comprendraient déjà que les gens qui les entourent ne pensent pas nécessairement comme eux, conclut une équipe de chercheurs des États-Unis et de Singapour. L’étude a été réalisée auprès de 140 enfants américains âgés de 2 ans et demi.

Les résultats de l’étude révèlent en effet que les très jeunes enfants peuvent se mettre à la place des autres. Selon les chercheurs, cette habileté leur permettrait de reconnaître quand quelqu’un ment, triche ou fait semblant. Dès 2 ans et demi, les tout-petits pourraient donc détecter lorsque leurs parents simplifient une vérité qu’ils jugent trop compliquée.

Pour arriver à ces conclusions, les auteurs de l’étude se sont inspirés d’une expérience classique en psychologie. Dans cette expérience, les chercheurs racontent aux enfants l’histoire d’Emma. Emma cache une bille dans un contenant et quitte la pièce. En son absence, une personne change la bille de contenant. Les chercheurs demandent ensuite aux enfants à quel endroit regarderait d’abord Emma pour récupérer sa bille. Si un enfant pointe le nouveau contenant, cela signifie qu’il ne comprend pas qu’Emma, contrairement à lui, ne sait pas que la bille a été changée de place.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont constaté que les tout-petits peuvent répondre correctement à la question, à condition de recevoir un peu d’aide. Ainsi, en leur demandant d’abord où se trouve la bille, les enfants parviendraient à mieux gérer toutes les informations de l’histoire et à montrer ensuite qu’ils comprennent qu’Emma ne possède pas les mêmes connaissances qu’eux.

Des études précédentes avaient conclu que les enfants de moins de 4 ans ne pouvaient pas réussir ce genre de test. Selon les chercheurs, leurs résultats démontrent que les jeunes enfants pourraient bel et bien imaginer le point de vue d’une autre personne, mais qu’ils auraient de la difficulté à l’expliquer quand la situation est trop complexe.

Sources : Eurekalert et PNAS


Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/FatCamera

Partager

À lire aussi