Mathématiques: plus faciles en groupe

Mathématiques: plus faciles en groupe

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les tout-petits auraient plus de facilité et d’intérêt pour les mathématiques et les sciences s’ils ont l’impression de faire partie d’un groupe.

14 septembre 2016 | Les tout-petits auraient plus de facilité et d’intérêt pour les mathématiques et les sciences s’ils ont l’impression de faire partie d’un groupe, révèle une étude américaine réalisée auprès de 141 enfants âgés de 4 et 5 ans.

Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion en proposant deux tâches aux tout-petits : associer une carte représentant un certain nombre d’éléments au nombre correspondant et réaliser un casse-tête. Ils ont alors remarqué que les enfants à qui l’on avait dit « Tu fais partie de l’équipe des verts » réussissaient mieux les exercices, avaient plus de plaisir à les faire et se sentaient plus compétents, et ce, même s’ils devaient réussir la tâche seuls. Les auteurs de l’étude avaient toutefois pris soin de leur rappeler l’appartenance au groupe des verts en leur faisant porter un chandail vert et en disposant des drapeaux verts sur leur surface de travail.

À partir de l’âge de 4 ou 5 ans, les groupes sociaux deviennent très importants pour les tout-petits, expliquent les chercheurs. Cette appartenance peut influencer leurs champs d’intérêt. Cette approche pourrait donc aider les enfants à développer un intérêt pour les mathématiques et les sciences, favorisant ainsi la réussite scolaire dans ces matières.

Il est toutefois important de s’assurer que tous les enfants se sentent inclus dans le groupe, soulignent les auteurs de l’étude. Ils proposent donc de faire les groupes les plus larges possible, par exemple tout un groupe au service de garde ou une classe complète à la maternelle. L’éducatrice ou le professeur peut alors utiliser des expressions sociales, comme « C’est le moment de faire notre activité de sciences », pour rappeler qu’il s’agit d’une activité de groupe. Enfin, les chercheurs soulignent qu’il ne faut pas comparer les groupes entre eux avec des phrases du genre « Ce groupe réussit bien en mathématiques, mais pas celui-ci ».


Sources : Eurekalert et Developmental Psychology

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/skynesher

Partager

À lire aussi