Manque de sommeil: moins de souvenirs positifs

Manque de sommeil: moins de souvenirs positifs

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les enfants en manque de sommeil retireraient moins de plaisir des expériences agréables et auraient de la difficulté à s’en rappeler les détails.

22 août 2016 | Les enfants qui manquent de sommeil auraient de la difficulté à se rappeler avec justesse les expériences positives qu’ils ont vécues, ont observé des chercheurs américains.

Dans une étude réalisée auprès de 50 enfants, les chercheurs ont analysé comment le manque de sommeil influençait leur gestion des émotions. Ils ont ainsi remarqué que les enfants qui dormaient mal vivaient davantage d’émotions négatives et modifiaient leur souvenir des émotions positives. Ainsi, après 2 mauvaises nuits, les enfants retiraient moins de plaisir des expériences agréables, y réagissaient moins et avaient plus de difficulté à s’en rappeler les détails.

Par ailleurs, la capacité des enfants à reconnaître les signaux non verbaux et les émotions des autres serait aussi diminuée par le manque de sommeil. Enfin, d’autres études révèlent que les personnes qui ne dorment pas suffisamment ont moins tendance à participer à des loisirs ou à des activités sociales agréables si cela leur demande un effort.

Un sommeil de qualité est donc essentiel au bien-être émotionnel des enfants, rappellent les chercheurs. Selon eux, les enfants seraient davantage affectés par une mauvaise nuit parce que leurs systèmes de régulation du sommeil et des émotions sont encore en plein développement.

Si un enfant a de la difficulté à se réveiller le matin ou s’il semble endormi pendant la journée, cela signifie peut-être qu’il manque de sommeil. Cela pourrait être dû à une heure de coucher trop tard, à un sommeil non réparateur pendant la nuit ou à une routine de sommeil qui n’est pas constante. Les parents devraient alors intervenir rapidement puisque le sommeil est aussi important pour la santé que la nutrition ou l’activité physique, soulignent les chercheurs.


Sources : EurekAlert et Sleep Medicine Reviews

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/Laurent Vetterhoeffer

Partager

À lire aussi