Communiquer grâce à FaceTime ou Skype: bénéfique pour les tout-petits

Communiquer grâce à FaceTime ou Skype: bénéfique pour les tout-petits

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Interagir avec un parent sur FaceTime ou sur Skype permettrait aux jeunes enfants de développer de véritables relations et d’apprendre.

20 juillet 2016 | Interagir avec un parent sur FaceTime ou sur Skype permettrait aux jeunes enfants de développer de véritables relations et d’apprendre de nouvelles choses, selon une étude américaine réalisée auprès de 60 enfants âgés de 12 à 25 mois.

Pour arriver à cette conclusion, un membre de l’équipe de recherche a discuté avec des tout-petits tous les jours pendant une semaine grâce à l’application de vidéoconférence FaceTime. À la fin de la semaine, les enfants pouvaient bien reconnaître cette personne et la préféraient même à d’autres, ce qui fait dire aux chercheurs que les interactions par vidéoconférence constituent une forme de temps de qualité avec l’enfant. Il s’agirait donc d’une activité différente du temps-écran traditionnel.

Par ailleurs, les interactions quotidiennes avec le membre de l’équipe de recherche avaient permis aux tout-petits d’acquérir de nouvelles connaissances. Ces apprentissages avaient toutefois lieu seulement si la personne à l’écran pouvait réagir en temps réel avec l’enfant. Ce n’était pas le cas s’il s’agissait d’une vidéo préenregistrée. Les auteurs de l’étude ont remarqué que les enfants portaient attention à la personne à l’écran dans les deux cas, mais qu’ils l’imitaient seulement lorsqu’elle était en direct.

Les tout-petits feraient donc rapidement la différence entre une conversation réelle à l’écran et une imitation. Les émissions qui mettent en scène de fausses discussions entre les personnages et l’enfant ne fonctionnent d’ailleurs pas pour stimuler le développement des tout-petits, soulignent les chercheurs.

Lorsqu’ils utilisent une application de vidéoconférence, les enfants commencent à comprendre qui est la personne à l’écran et à saisir qu’ils peuvent réellement interagir avec elle dès l’âge de 17 mois, affirment les auteurs de l’étude. Ces applications pourraient ainsi avoir des effets bénéfiques, car ils reproduisent les caractéristiques d’une conversation en personne et permettent de développer de réelles relations.


Sources : Science Daily et Developmental Science

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/Patrick Heagney

Partager

À lire aussi