Facebook: mère cherche encouragements

Facebook: mère cherche encouragements

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les femmes qui ressentent une pression sociale pour être une mère parfaite publieraient plus souvent sur Facebook que les autres, révèle une étude américaine.

3 juin 2016 | Les femmes qui ressentent une pression sociale pour être une mère parfaite publieraient plus souvent sur Facebook que les autres, révèle une étude américaine.

Les chercheurs ont aussi constaté que celles qui s’identifiaient beaucoup à leur rôle de mère étaient de grandes utilisatrices de Facebook. De plus, ces femmes disaient réagir de façon très émotive aux commentaires obtenus en lien avec les photos de leur bébé. Elles se sentaient également tristes si une photo qu’elles avaient publiée ne récoltait pas assez de mentions « j’aime ».

Selon les auteurs de l’étude, leurs résultats indiquent que certaines mères seraient plus susceptibles d’utiliser Facebook en espérant confirmer qu’elles sont de bonnes mères. Il ne s’agit toutefois pas d’une habitude très saine. En effet, si ces mères reçoivent peu de réactions positives à leurs publications, elles risquent de se sentir encore plus malheureuses, déplorent les chercheurs. Ils ont d’ailleurs remarqué que les femmes qui publient très souvent sur Facebook sont davantage touchées par des symptômes dépressifs.

Par ailleurs, cette étude a permis de constater la popularité de Facebook chez les nouvelles mères. Par exemple, 98 % des femmes étudiées avaient déjà partagé une photo de leur enfant sur Facebook et 80 % d’entre elles utilisaient une image avec leur enfant comme photo de profil. La plupart des mères avaient publié la première photo de leur bébé sur Facebook moins d’une semaine après sa naissance.

Facebook peut être une bonne façon pour les mères de partager des photos ou des anecdotes à propos de leur enfant avec leur entourage, mentionnent les chercheurs. Cependant, les nouvelles mères ne devraient pas utiliser cette plate-forme pour aller chercher la confirmation qu’elles sont de bonnes mères, insistent-ils.

Cette étude a été réalisée auprès de 127 femmes éduquées, mariées et occupant un emploi à temps plein. Les auteurs soulignent donc que leurs résultats pourraient ne pas s’appliquer à toutes les nouvelles mères.


Sources : Eurekalert et Sex Roles

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/Dangubic

Partager

À lire aussi