Impulsivité: l’environnement familial aurait une influence

Impulsivité: l’environnement familial aurait une influence

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


La capacité d’un enfant à contrôler son impulsivité serait en partie influencée par son environnement familial, révèle une étude américaine réalisée sur 300 couples de jumeaux.

22 avril 2016 | La capacité d’un enfant à contrôler son impulsivité serait en partie influencée par son environnement familial, révèle une étude américaine réalisée sur 300 couples de jumeaux.

Les chercheurs ont en effet observé que même si les couples de jumeaux étudiés partageaient les mêmes gènes, leur habileté à contrôler leur impulsivité se développait différemment s’ils avaient vécu des expériences distinctes, comme une attitude différente des parents à leur égard, un accident ou une maladie.

La génétique serait donc moins importante qu’on le croit généralement pour expliquer la tendance de certains enfants à poser des gestes interdits. Selon les résultats de l’étude, autour de l’âge de 2 ans, les facteurs génétiques seraient responsables de seulement 38 % des variations d’impulsivité observées d’un enfant à l’autre. Cette proportion serait d’à peine 6 % lorsque les enfants atteignent 3 ans.

Par ailleurs, les enfants plus impulsifs sont plus souvent touchés par des troubles comportementaux et cognitifs comme le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), indiquent les auteurs de l’étude. C’est pourquoi ils recommandent d’identifier rapidement les tout-petits impulsifs pour pouvoir intervenir auprès d’eux.

Les chercheurs suggèrent aussi d’offrir un soutien aux parents afin de guider leurs interventions. Ainsi, ils pourraient aider leur tout-petit à développer un meilleur autocontrôle avant l’entrée à la maternelle.

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont interrogé les parents sur le comportement de leurs enfants et ils ont aussi observé les tout-petits lors d’expériences réalisées en laboratoire, et ce, à 2 ans et à 3 ans.


Sources : Eurekalert et Developmental Psychology

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/SergiyN

Partager

À lire aussi