Tablette: les habiletés motrices pourraient être davantage stimulées

Tablette: les habiletés motrices pourraient être davantage stimulées

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les applications pour enfants disponibles sur les tablettes ne stimuleraient pas assez leurs habiletés motrices, croient des chercheurs espagnols.

11 janvier 2016 | Les applications pour enfants disponibles sur les tablettes ne stimuleraient pas assez leurs habiletés motrices, croient des chercheurs espagnols. Selon eux, les tout-petits seraient en effet capables de faire beaucoup plus que ce qu’on croit avec leurs doigts.

Les chercheurs ont observé 32 enfants de 2 à 3 ans jouer avec des applications sur une tablette. Ils ont ainsi remarqué que les tout-petits pouvaient agrandir ou rapetisser un objet et le faire tourner en utilisant un seul doigt, et ce, sans aide. La moitié du temps environ, ils pouvaient aussi réaliser des gestes plus complexes comme taper 2 fois rapidement, taper et appuyer ou faire tourner des objets avec 2 doigts. L’âge et le sexe de l’enfant n’avaient pas d’influence sur sa capacité à accomplir ces mouvements.

Pourtant, la majorité des applications destinées aux enfants ne font pas appel à ces gestes plus difficiles. Les chercheurs ont en effet analysé 100 applications dites éducatives. Seulement 48 % d’entre elles demandaient à l’enfant de faire glisser un objet sur l’écran. Toutes les autres nécessitaient seulement de taper sur l’écran avec le doigt.

Les développeurs d’applications pour enfants pourraient donc mettre au point des jeux éducatifs beaucoup plus complexes du point de vue moteur, croient les auteurs de l’étude. Quelques adaptations simples seraient toutefois nécessaires pour rendre ces jeux accessibles aux tout-petits, comme leur laisser plus de temps pour faire la tâche demandée et tenir compte de leur niveau de précision, qui est moins élevé que celui d’un adulte.


Sources : Medical Xpress et International Journal of Human-Computer Studies


Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

Partager

À lire aussi