Qualité des services de garde: place à l'amélioration

Qualité des services de garde: place à l'amélioration

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


La qualité des services de garde varierait énormément selon le type de garderie, révèle une enquête de l’Institut de la statistique du Québec

16 novembre 2015 | La qualité des services de garde varierait énormément selon le type de garderie, révèle une enquête réalisée par l’Institut de la statistique du Québec. D’après ces données, les centres de la petite enfance (CPE) offriraient des services plus satisfaisants que les garderies non subventionnées.

Cette enquête a été produite à la demande du ministère de la Famille du Québec et avait pour objectif de décrire la qualité des services de garde éducatifs offerts en 2014. En faisant un portrait des forces et des faiblesses des services de garde, les auteurs de l’enquête croient contribuer à en améliorer la qualité.

Voici les principaux faits saillants de l’enquête.

  • Chez les poupons, la qualité d’ensemble des garderies non subventionnées a été jugée acceptable alors qu’elle a été jugée bonne pour les CPE. Par ailleurs, environ 41 % des poupons fréquentant une garderie non subventionnée étaient exposés à des services considérés comme insatisfaisants. Cette proportion s’élevait à 2 % des bébés dans les CPE.
  • Chez les enfants âgés de 18 mois à 5 ans, la qualité d’ensemble des garderies non subventionnées et des CPE a été jugée acceptable. Cependant, environ 36 % des enfants fréquentant une garderie non subventionnée étaient exposés à des services considérés comme insatisfaisants, alors qu’ils étaient 4 % dans les CPE.
  • Autant les garderies non subventionnées que les CPE offraient une bonne qualité d’interaction entre le personnel et les parents.
  • Chez les poupons, la qualité des interactions entre l’éducatrice et les enfants a été jugée bonne dans les CPE et acceptable dans les garderies non subventionnées.
  • Chez les enfants âgés de 18 mois à 5 ans, la qualité des interactions entre l’éducatrice et les enfants a été jugée acceptable autant pour les CPE que pour les garderies non subventionnées. L’étude révèle toutefois que 47 % des enfants fréquentant une garderie non subventionnée étaient exposés à une qualité insatisfaisante d’interaction avec l’éducatrice comparativement à 20 % des enfants fréquentant un CPE.
  • Dans les garderies non subventionnées, les lieux réservés aux poupons ont été jugés de faible qualité. Environ 71 % des bébés étaient exposés à un niveau de qualité estimé insatisfaisant pour cet aspect. Dans les CPE, ce critère a été jugé acceptable et 6 % des poupons étaient exposés une qualité des lieux jugée insatisfaisante.
  • Autant les garderies non subventionnées que les CPE offraient un aménagement des lieux accueillants. Dans les deux cas, les éducatrices utilisaient des consignes adaptées pour les enfants et les appliquaient de façon constante et impartiale. Les enfants avaient également la liberté de choisir leurs activités à leur arrivée le matin et en fin de journée.
  • Dans la majorité des services de garde évalués, la cour extérieure a été considérée mal aménagée et les activités extérieures, peu valorisées. Certaines pratiques d’hygiène comme le lavage des mains auraient aussi besoin d’être améliorées. Enfin, les éducatrices devraient mieux soutenir les enfants dans leurs initiatives personnelles.
  • Dans les garderies non subventionnées, le matériel disponible pour les enfants n’était pas assez sécuritaire et diversifié. Il ne permettait donc pas de stimuler tous les aspects du développement de l’enfant. De plus, les éducatrices n’étaient pas suffisamment actives auprès des enfants et gagneraient à varier davantage les activités offertes.

Cette enquête a été réalisée auprès de 300 groupes de poupons et 400 groupes d’enfants âgés de 18 mois à 5 ans. Des observatrices formées ont visité les services de garde et ont évalué 120 items répartis en 4 grandes catégories : la structuration des lieux, la structuration et la variation des types d’activités, l’interaction de l’éducatrice avec les enfants et l’interaction de l’éducatrice avec les parents.


Sources : Institut de la statistique du Québec


Kathleen Couillard – Équipe Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Partager

À lire aussi