Les enfants préfèreraient les histoires vraies

Les enfants préfèreraient les histoires vraies

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Quand vient le temps de choisir des livres, les enfants préfèreraient les histoires vraies plutôt que celles traitant d’univers imaginaires.
Agence Science-Presse

23 octobre 2015 | Malgré leur imagination débordante pour inventer des histoires, les enfants préfèreraient les livres qui racontent des histoires vraies plutôt que ceux traitant d’univers imaginaires, révèle une étude américaine.

Les chercheurs ont d’abord demandé à des enfants et à des adultes de choisir quelle histoire leur semblait la plus intéressante entre une histoire vraie et une histoire inventée. Ils ont ainsi découvert que les enfants préféraient les faits à la fiction et choisissaient plus souvent les histoires vraies que les adultes. Les chercheurs ont ensuite offert le choix aux participants entre deux histoires inventées, une dans un environnement fantaisiste et l’autre dans un contexte réaliste. Alors que les enfants de 4 à 5 ans choisissaient aussi souvent l’une que l’autre, les adultes préféraient nettement l’histoire fantaisiste.

Selon les auteurs de l’étude, la préférence des tout-petits pour les histoires réalistes serait liée au fait qu’ils ont encore plusieurs choses à apprendre au sujet du monde réel. Les nouvelles connaissances contenues dans une histoire réaliste seraient également plus faciles à appliquer dans leur quotidien que la morale d’une histoire fantaisiste qui est souvent trop abstraite.

En d’autres termes, les histoires représentent une source d’information importante pour les enfants. C’est pourquoi ils aiment quand elles représentent le plus fidèlement possible leur monde. À l’inverse, jouer à faire semblant remplirait une fonction différente et laisserait donc beaucoup plus de place à la fantaisie des enfants.

La première partie de cette étude a été réalisée auprès de 32 enfants et de 32 adultes alors que la seconde a eu lieu auprès de 72 enfants et 36 adultes.


Sources : npr et Imagination, Cognition and Personality

Partager

À lire aussi