Activité physique: laisser les enfants prendre des risques

Activité physique: laisser les enfants prendre des risques

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les jeux actifs à l’extérieur qui comportent un certain niveau de risque sont bons pour la santé physique et psychologique des enfants.
Agence Science-Presse

17 juin 2015 | Les jeux actifs à l’extérieur qui comportent un certain niveau de risque sont bons pour la santé physique et psychologique des enfants, selon une étude canadienne. Les parents devraient donc laisser leurs tout-petits sauter, grimper ou explorer leur environnement plus librement.

Les chercheurs canadiens sont arrivés à cette conclusion en analysant 21 études traitant du jeu actif et des risques qui y sont associés. Ils ont ainsi observé que les enfants peuvent davantage choisir leurs propres jeux et tester leurs limites s’ils sont dans un espace de jeu libre et naturel où se trouvent des arbres, des plantes et des surfaces en pente. Lorsqu’ils prennent des risques, les tout-petits jouent plus longtemps dehors et améliorent ainsi leur santé. Le jeu actif favoriserait même leurs habiletés créatives et sociales, affirment les chercheurs.

Cette étude a été réalisée en lien avec la nouvelle position de Participaction sur le jeu actif à l’extérieur. Selon l’organisme canadien, les adultes devraient laisser plus de liberté à leurs enfants pour qu’ils puissent jouer. En voulant assurer la sécurité des enfants à tout prix et en les supervisant constamment, les parents les encourageraient plutôt à être inactifs. La recherche indique en effet que les enfants de 3 à 5 ans bougent moins dans un parc trop sécuritaire parce qu’ils le trouvent ennuyeux.

Participaction souligne également que jouer à un jeu comportant un risque ne signifie pas se mettre en danger, mais plutôt faire une activité excitante. Il est vrai que l’enfant peut parfois se blesser, mais il peut généralement évaluer lui-même si le jeu représente un défi trop grand pour ses habiletés. Par exemple, un jeu comportant un risque peut être d’apprendre à grimper, de se salir, de jouer à la cachette, d’explorer un petit boisé, de faire des culbutes ou de se chamailler entre amis.

Participaction recommande donc aux parents d’encourager davantage leurs enfants à jouer dehors. L’organisme incite aussi l’ensemble de la population à faire confiance aux compétences des enfants et à respecter le jugement des autres parents lorsqu’ils laissent leur tout-petit faire une activité comportant des risques.


Sources : MedicalNewsToday, International Journal of Environmental Research and Public Health et Participaction

Partager

À lire aussi