Temps en famille: et si le nombre d'heures n'était pas si important?

Temps en famille: et si le nombre d'heures n'était pas si important?

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Le nombre d’heures qu’un parent passe avec son enfant aurait peu d’influence sur sa réussite scolaire, son bien-être ou son comportement

8 avril 2015 | Lorsque vient le temps de concilier travail et famille, plusieurs parents s’inquiètent de ne pas passer suffisamment de temps avec leurs enfants. Une nouvelle étude réalisée auprès de parents américains pourrait toutefois les rassurer.

Les chercheurs ont en effet remarqué que le nombre d’heures qu’un parent passe avec son enfant n’aurait à peu près pas d’influence sur sa réussite scolaire, son bien-être émotionnel ou son comportement. Cela ne signifie pas que le temps passé avec un enfant n’est pas important, mais plutôt qu’il est préférable de s’attarder à la qualité et non pas à la quantité.

D’autres études ont d’ailleurs révélé que des activités comme lire avec un parent ou prendre un repas en famille seraient bénéfiques pour les tout-petits. Les parents chaleureux et sensibles aux besoins de leurs enfants auraient aussi une influence positive sur leur développement.

Par ailleurs, contrairement à la croyance populaire, les parents d’aujourd’hui s’occuperaient davantage de leurs enfants. En 1965, un père prenait soin de ses enfants environ 2,6 heures par semaine et une mère, 10,5 heures. En 2010, on parlait plutôt de 7,2 heures pour les pères et de 13,7 heures pour les mères. En fait, les mères d’aujourd’hui qui travaillent passeraient plus de temps avec leurs enfants que les mères à la maison des années 1970, remarquent les scientifiques.

Les auteurs espèrent que leur étude pourra diminuer la culpabilité des parents à propos de la quantité de temps passé avec leur enfant. Être en compagnie d’un parent anxieux et fatigué n’est d’ailleurs pas bénéfique pour un enfant, soulignent les chercheurs. Selon eux, la meilleure façon d’aider les tout-petits à bien se développer est donc de supporter les parents dans leur rôle, par exemple en prévenant les problèmes de santé mentale ou les difficultés financières.

Cette étude a été réalisée auprès de 1 605 enfants âgés de 3 à 11 ans. Les parents devaient remplir un journal où ils notaient le temps passé en présence de leurs enfants. Les mères devaient également répondre à un questionnaire sur le comportement et la santé émotionnelle de leur enfant. Enfin, la réussite scolaire a été évaluée grâce à différents tests.

 

Kathleen Couillard – Équipe Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Sources : The Globe and Mail, The Washington Post et Journal of Mariage and Family

Partager

À lire aussi