Vaccination: l'influence des commentaires sur Internet

Vaccination: l'influence des commentaires sur Internet

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les internautes seraient autant influencés par les commentaires d’inconnus sur les vaccins que par l’information diffusée par les organismes de santé.
Agence Science-Presse

11 février 2015 | Lorsque vient le temps de s’informer sur la vaccination, les internautes accorderaient autant de crédibilité aux commentaires d’inconnus qu’à l’information diffusée par les organismes en santé. C’est ce que révèle une nouvelle étude américaine au moment où le débat sur la vaccination fait rage aux États-Unis en raison de l’épidémie de rougeole.

Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs ont créé de toutes pièces 2 communiqués : l’un provenant soi-disant des Centres américains pour le contrôle et la prévention - une agence gouvernementale - et un autre, du Conseil national pour l’information sur la vaccination - un lobby anti vaccination. Afin que l’illusion soit parfaite, les chercheurs avaient copié le style et la mise en page de chacun des organismes.

Dans la première expérience, on retrouvait, à la suite des communiqués, des commentaires fictifs, signés d’un prénom seulement, en faveur ou en défaveur de la vaccination. À la grande surprise des chercheurs, les participants ont accordé autant de crédit aux opinions des gens qu’à l’information contenue dans les communiqués des organismes.

Dans la seconde expérience, les commentaires fictifs étaient signés soit par un étudiant en littérature anglaise, un lobbyiste en santé ou un médecin spécialiste des vaccins et des maladies infectieuses. Dans ce cas, c’est l’avis du médecin qui obtenait la faveur des internautes. Son commentaire était même perçu comme plus crédible que l’information contenue dans les communiqués.

Selon les chercheurs, ces résultats permettent de mieux comprendre pourquoi le mouvement anti vaccination persiste. Ils confirment aussi que même sur Internet le « bouche-à-oreille » prédomine sur les communications officielles quand vient le temps de se faire une opinion sur un sujet controversé.

Les auteurs de l’étude recommandent donc aux organisations en santé d’être attentives à la façon dont leur message sera perçu par le public. Elles doivent faire attention de ne pas avoir l’air de manipuler le lecteur et encourager les échanges constructifs entre les internautes. Leurs sites devraient aussi présenter des points de vue opposés lorsque cela est pertinent tout en s’assurant de mettre en évidence des commentaires d’experts accessibles, crédibles et scientifiquement valides.

Cette étude a été menée sur 129 personnes. La confiance des participants envers les sources d’information a été déterminée au moyen de questionnaires qui évaluaient leur opinion sur la vaccination ainsi que la probabilité qu’ils aient recours à la vaccination pour eux ou pour leur famille.


Sources : Science Daily et Social science research network

Partager

À lire aussi