Jouer: les bienfaits des blocs et des casse-têtes

Jouer: les bienfaits des blocs et des casse-têtes

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Jouer régulièrement avec des casse-têtes aiderait les enfants à apprendre à manipuler des objets et à mieux comprendre leur environnement.
Agence Science-Presse

5 février 2015 | Jouer régulièrement avec des casse-têtes, des blocs et des jeux de société aiderait les enfants à apprendre à manipuler des objets et à mieux fonctionner dans leur environnement, selon une étude américaine.

Des chercheurs ont remarqué que les enfants qui jouaient plus de 6 fois par semaine avec des casse-têtes, des blocs ou des jeux de société avaient de meilleures habiletés spatiales que ceux qui y jouaient moins régulièrement. En effet, ils étaient plus habiles pour reproduire des images avec des blocs colorés.

Les scientifiques ont également noté que les garçons obtenaient de meilleurs résultats que les filles. Selon les parents, les garçons demandaient d’ailleurs plus souvent à participer à ces jeux que les filles. Le niveau socioéconomique des parents semble aussi avoir une influence : les enfants de classe moyenne ou aisée réussissaient en effet mieux les tests que les enfants de famille à revenu modeste.

Les habiletés spatiales sont essentielles pour fonctionner au quotidien. Elles permettent en effet de marcher dans une rue bondée de gens, d’assembler des meubles ou de vider le lave-vaisselle. Elles sont aussi associées à la réussite scolaire, en particulier dans des matières comme les mathématiques, les sciences, les technologies et l’ingénierie. D’après les chercheurs, les blocs et les jeux de société pourraient donc améliorer sans effort les habiletés spatiales des tout-petits.

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont observé 847 enfants âgés de 4 à 7 ans réaliser une tâche évaluant leurs habiletés spatiales. Ils ont demandé aux parents de répondre à un questionnaire au sujet du comportement de jeu et de leurs activités parent-enfant.


Sources : Eurekalert et Psychological Science

Partager

À lire aussi