Maladie coeliaque: retarder l’introduction du gluten n’aurait pas d’effet protecteur

Maladie coeliaque: retarder l’introduction du gluten n’aurait pas d’effet protecteur

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


L’âge d’introduction du gluten dans l’alimentation des bébés n’aurait pas d’influence sur leur risque de développer la maladie coeliaque.
Agence Science-Presse

28 janvier 2015 | L’âge d’introduction du gluten dans l’alimentation des bébés n’aurait pas d’influence sur leur risque de développer la maladie coeliaque, selon une étude réalisée dans 4 pays différents.

Les chercheurs ont observé que les nourrissons à risque qui recevaient du gluten pour la première fois avant 17 semaines ou après 26 semaines ne développaient pas plus souvent la maladie cœliaque (intolérance au gluten) que ceux qui y avaient été exposés entre ces deux moments.

Certains scientifiques ont déjà avancé que le fait de donner du gluten entre 16 et 24 semaines pouvait limiter le risque de maladie cœliaque. D’autres ont aussi affirmé qu’allaiter lors de l’introduction du gluten avait un effet protecteur contre cette maladie. Ces différentes positions font toutefois l’objet de débats dans la communauté scientifique.

La maladie coeliaque est une maladie chronique inflammatoire du système immunitaire déclenchée par le gluten présent dans certaines céréales comme le blé, le seigle, l’orge, l’avoine, le malt et le triticale. Elle entraîne progressivement la destruction de la paroi du petit intestin.

Les résultats présentés dans cette étude indiquent donc que plus de recherches seront nécessaires pour bien comprendre les facteurs influençant le développement de l’intolérance au gluten. En attendant, les chercheurs suggèrent aux parents de suivre les recommandations habituelles sur l’introduction des aliments complémentaires.

L’étude a été menée auprès de 6 436 enfants nés avec une prédisposition génétique pour la maladie coeliaque en Suède, en Finlande, en Allemagne et aux États-Unis. Les parents devaient fournir un journal alimentaire de leur enfant tous les 3 mois de l’âge de 6 mois à 2 ans. Les chercheurs ont également analysé la présence d’autoanticorps caractéristiques de la maladie de même que les résultats de biopsie de l’intestin dans certains cas.


Sources : Reuters et Pediatrics

Partager

À lire aussi