Aliments enrichis en acide folique : moins d'anomalies chez les bébés

Aliments enrichis en acide folique : moins d'anomalies chez les bébés

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Grâce à l’ajout d’acide folique à certains aliments, le nombre de bébés avec une anomalie du cerveau ou de la moelle épinière aurait diminué de 35 %.
Agence Science-Presse

23 janvier 2015 | Grâce à l’ajout d’acide folique à certains aliments, le nombre de bébés nés avec une anomalie grave du cerveau ou de la moelle épinière aurait diminué de 35 % aux États-Unis, entre 1998 et 2011, rapporte une étude américaine. Une recherche similaire réalisée au Québec en 2007 avait noté une réduction de 46 %.

L’acide folique, appelé aussi vitamine B9, est essentiel à la formation du cerveau et du système nerveux. Si l’embryon n’en reçoit pas assez lors du premier trimestre de la grossesse, il peut naître avec une anomalie du tube neural, une structure à l’origine du cerveau et de la moelle épinière. Selon Santé Canada, 3 % des nouveau-nés viendraient au monde avec une telle anomalie, notamment le spina-bifida et l’anencéphalie.

Le Canada, tout comme les États-Unis, a donc rendu obligatoire en 1998 l’enrichissement de la farine de blé et de maïs et des pâtes alimentaires avec de l’acide folique. Cette obligation ne touche cependant pas les farines de riz.

Malgré cette mesure, beaucoup de femmes enceintes ne consommeraient toujours pas assez de cette vitamine dans leur alimentation, estiment les scientifiques américains. Santé Canada recommande d’ailleurs aux femmes enceintes de prendre une multivitamine contenant 0,4 mg d’acide folique. Idéalement, ces suppléments doivent être pris 3 mois avant la conception et jusqu’à 12 semaines de grossesse. Les femmes dont un enfant souffre de cette anomalie devraient prendre des doses plus élevées d’acide folique (4 mg/jour) avant d’être à nouveau enceintes.

Sources naturelles d’acide folique
L’acide folique est naturellement présent dans les légumes vert foncé comme le brocoli, les épinards, les petits pois et les choux de Bruxelles. On en retrouve aussi dans le maïs, les pois et les haricots secs, les lentilles, les oranges et le pain de blé entier. Une cuisson prolongée ou excessive détruit toutefois l’acide folique.


Sources : ScienceDaily, Centers for Disease Control and Prevention, Agence de la santé publique du Canada, Ministère de la santé et services sociaux du Québec et Institut national de santé publique du Québec

Partager

À lire aussi