Vanter les mérites d’un aliment: une stratégie gagnante?

Vanter les mérites d’un aliment: une stratégie gagnante?

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Il serait inutile – voire nuisible – de dire à un jeune enfant que tel aliment est bon pour la santé, qu’il va le rendre fort ou intelligent, etc.

6 août 2014 | Il serait inutile – voire nuisible – de dire à un jeune enfant que tel aliment est bon pour la santé, qu’il va le rendre fort ou intelligent, etc. Selon des chercheurs américains, l’enfant se dira que si l’aliment sert à quelque chose, c’est qu’il n’est pas bon!

Les auteurs de l’étude ont mené une série d’expériences auprès de 47 enfants âgés de 3 ans à 5 ans et demi. Les chercheurs ont observé que dès que des aliments, autant des craquelins que des carottes, étaient présentés comme utiles, les tout-petits leur trouvaient moins de goût et en mangeaient moins. Par contre, lorsqu’il était simplement offert, le même aliment était plus aimé.

Pour les tout-petits, un aliment ne peut pas être à la fois délicieux et remplir une fonction bienfaisante. Les chercheurs suggèrent donc aux parents de ne pas essayer de faire manger un aliment à leur enfant en lui vantant ses avantages. Les auteurs de l’étude se montrent tout de même rassurants : chez les enfants plus vieux, le jugement devient plus complexe. Pour eux, un aliment peut à la fois être sain et savoureux.


Source : Nutrinews hebdo et Journal of Consumer Research

Partager

À lire aussi