Une banque de lait maternel ouvre ses portes au Québec

Une banque de lait maternel ouvre ses portes au Québec

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


D’ici la fin d’avril 2014, une banque de lait maternel québécoise fournira du lait pasteurisé aux prématurés de 32 semaines et moins dont la mère ne peut allaiter.

16 avril 2014 | Il sera désormais possible de donner du lait dans 8 hôpitaux de la province afin de favoriser le développement des bébés prématurés.

D’ici la fin d’avril 2014, une banque de lait maternel, gérée par Héma-Québec, fournira du lait pasteurisé aux bébés âgés de 32 semaines et moins nécessitant des soins médicaux, et dont la mère est incapable de donner le sein. « Près de 70 % des femmes qui accouchent prématurément parviennent à allaiter leur bébé, mais d’autres ne le peuvent pas parce qu’elles sont malades, sous médication ou qu’elles ne produisent pas suffisamment de lait. C’est pour elles que la banque existe », explique le directeur des relations publiques d’Héma-Québec, Laurent-Paul Ménard.

Les études l’ont prouvé, le lait maternel ne comporte que des bienfaits pour la santé des bébés en raison des anticorps qu’il contient. Pour les prématurés, souvent malades, consommer du lait maternel signifie moins d’infections et d’allergies, une baisse de la pression artérielle et une amélioration du développement osseux. C’est aussi un outil de prévention des entérocolites nécrosantes, une nécrose des parois du tube digestif pouvant entraîner la mort; une cinquantaine de cas de cette maladie sont recensés chaque année, surtout chez des prématurés.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux espère réduire ce nombre du tiers en investissant 900 000 $ dans la mise sur pied d’une banque de lait maternel au Québec. Ce sera la quatrième au Canada, après Toronto, Calgary et Vancouver.

Pas disponible pour tous

Mais seuls les prématurés qui auront vu le jour dans certains établissements pourront bénéficier de ces dons. En effet, la banque de lait ne déploiera ses activités que dans 8 centres hospitaliers partenaires où existe déjà une banque de sang de cordon ombilical.

Afin de faciliter le démarrage, les donneuses devront aussi avoir accouché dans l’un de ces centres hospitaliers. L’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) déplore le fait qu’Héma-Québec se prive ainsi d’un nombre considérable de donneuses potentielles.

Laurent-Paul Ménard croit que les 8 centres partenaires suffiront pour recruter les 300 donneuses dont Héma-Québec estime avoir besoin chaque année. Il ajoute qu’utiliser l’infrastructure de la banque de sang de cordon permet d’assurer une distribution efficace du lait maternel, ainsi que sa salubrité.

Rappelons que la dernière banque de lait maternel québécoise a fermé ses portes dans les années 1980, après le scandale du sang contaminé au VIH ou à l’hépatite C à la suite de transfusions sanguines.

Assurer la sécurité

Comme pour les dons de sang, les règles de recrutement des donneuses sont strictes. Les volontaires doivent être en bonne santé, non fumeuses, ne consommer aucun médicament ni alcool, allaiter leur bébé et avoir une surproduction de lait. Elles doivent aussi se soumettre à des analyses sanguines, notamment pour dépister le VIH.

Les donneuses remettent leur lait congelé à la banque, qui évalue sa valeur nutritive. Puis, il est pasteurisé. Ce processus suffit pour assurer un lait sécuritaire, selon la Société canadienne de pédiatrie. Conservé sous forme congelée, le lait sera ensuite distribué aux hôpitaux partenaires qui en feront la demande.

Hôpitaux partenaires de la banque de lait

  • Centre hospitalier de St. Mary’s (Montréal)
  • Hôpital de LaSalle (Montréal, arrondissement LaSalle)
  • CHU Sainte-Justine (Montréal)
  • Centre mère-enfant Soleil – CHUQ (Québec, arrondissement Sainte-Foy)
  • Hôpital de la Cité-de-la-Santé (Laval)
  • Hôpital général du Lakeshore (Pointe-Claire)
  • Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal
  • Hôpital Royal Victoria (Montréal)


Par Catherine Crépeau, Protégez-vous

Partager

À lire aussi