Les routines familiales: des bienfaits sur la santé affective des tout-petits

Les routines familiales: des bienfaits sur la santé affective des tout-petits

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les routines familiales favoriseraient un meilleur développement affectif et social chez les enfants d’âge préscolaire.
Agence Science-Presse

21 mars 2014 | Les routines familiales favoriseraient un meilleur développement affectif et social chez les enfants d’âge préscolaire, révèle une étude américaine.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont examiné les résultats d’une vaste enquête qui a suivi plus de 8 500 enfants de la naissance jusqu’à leur entrée à la maternelle. Ils souhaitaient ainsi déterminer si ces enfants et leurs parents s’adonnaient régulièrement aux activités suivantes en famille : manger, chanter, raconter ou lire des histoires et jouer.

À la suite de leur analyse, les auteurs de l’étude ont observé que chaque activité réalisée en famille (à l’exception de la lecture) permettait aux enfants d’améliorer leur santé socioaffective, c’est-à-dire leur capacité à bien exprimer leurs émotions, à comprendre celles des autres et à développer des relations sociales saines. Dans les familles qui pratiquaient toutes les activités étudiées, 25 % des enfants avaient d’ailleurs une excellente santé socioaffective, comparativement à 11 % dans les familles qui ne faisaient aucune de ces activités. À long terme, les routines familiales contribueraient au développement des habiletés sociales et à la réussite scolaire, croient les auteurs de l’étude.

Ces derniers précisent d’ailleurs que l’objectif des activités familiales régulières est de passer du temps ensemble pour communiquer et développer des relations harmonieuses. Pour cette raison, les parents n’ont pas à se limiter aux activités examinées dans l’étude. De fait, ils peuvent en essayer d’autres si elles leur conviennent mieux, comme se promener, cuisiner ou organiser une soirée-cinéma en famille.


Sources : Reuters et Journal of Developmental & Behavioral Pediatrics

Partager

À lire aussi