Lecture en bas âge : un atout pour l'apprentissage des mathématiques

Lecture en bas âge : un atout pour l'apprentissage des mathématiques

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Faire la lecture au quotidien à son enfant dès la petite enfance l’aiderait à développer de meilleures aptitudes en mathématiques.

Agence Science-Presse — Faire la lecture au quotidien à son tout-petit l’aiderait à développer de meilleures aptitudes en mathématiques, selon une étude réalisée auprès de plus de 1 000 enfants québécois.

Dans le cadre de cette analyse de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), des enfants ont été suivis à partir de l’âge de 5 mois jusqu’à la fin de l’école primaire. Pour évaluer leurs compétences en mathématiques, les chercheurs se sont intéressés aux résultats de l’épreuve ministérielle tenue en 6e année.

Selon leurs observations, 82 % des enfants à qui les parents avaient fait la lecture quotidiennement à l’âge de 17 mois ont réussi l’examen de mathématique. Cette proportion était de 74 % chez ceux qui ont été moins souvent exposés à la lecture. Les enfants qui avaient feuilleté eux-mêmes des livres à l’âge de 29 mois ont aussi été plus nombreux à réussir cette épreuve. Sans surprise, les enfants qui possédaient une meilleure connaissance des nombres à leur arrivée à la maternelle ont également eu un taux de réussite supérieur.

Selon les chercheurs, de bonnes aptitudes en lecture faciliteraient l’apprentissage des mathématiques et les enfants qui s’intéressent davantage aux livres seraient plus curieux. Pendant leur cheminement scolaire, 10 % des enfants recevront un diagnostic de trouble d’apprentissage en mathématiques.


Source : Le Soleil et Institut de la statistique du Québec

12 décembre 2013

Partager

À lire aussi