Du radon dans votre maison? En savoir plus sur ce gaz invisible

Du radon dans votre maison? En savoir plus sur ce gaz invisible

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Le radon est un gaz radioactif dont on entend de plus en plus parler. Il peut être présent dans des bâtiments comme les écoles et aussi dans les maisons.

Agence Science-Presse — Le radon est un gaz radioactif dont on entend de plus en plus parler. La semaine dernière, le quotidien La Presse révélait que des concentrations élevées de radon, dépassant la limite tolérée par Santé Canada, ont été enregistrées au sein de 50 écoles du Québec.

Des tests de dépistage sont aussi effectués dans certains Centres de la petite enfance (voir encadré ci-bas). Le programme de dépistage est piloté par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et il se poursuivra jusqu’en juillet 2014. Les établissements présentant une concentration supérieure au seuil toléré par Santé Canada devront apporter les correctifs au cours des 2 prochaines années.

Le radon n’est pas seulement présent dans les bâtiments; on peut aussi en retrouver dans les maisons. Voici ce qui est important de savoir sur le radon.

Qu’est-ce que le radon?

Le radon est un gaz radioactif, inodore et incolore, et donc difficilement détectable. Il provient de la dégradation naturelle de l’uranium dans la croûte terrestre. Il est présent autour de la planète en faible concentration et, dans ces conditions, il ne représente aucun danger.

En revanche, l’air ambiant des maisons et des bâtiments publics peut contenir de plus fortes concentrations de radon selon le type de sol sur lequel reposent ces constructions et les voies d’infiltrations (planchers, fissures, puisards, vides sanitaires, etc.). Il peut être également présent en très faible concentration dans l’eau.

Dépistage dans les CPE
Le dépistage du radon dans les centres de la petite enfance (CPE) a déjà commencé. Des projets pilotes ont démarré dans les Laurentides et l’Outaouais, au sein de 54 CPE. Après 3 mois d’analyse, au cours de l’hiver 2012, les nouvelles sont plutôt bonnes. À l’exception de 2 CPE, le taux de radon y est moins élevé que la limite fixée par Santé Canada. Dépister le radon dans l’ensemble du réseau des services de garde risque d’être toutefois plus compliqué à entreprendre que dans les écoles en raison des différents types de garderies qui existent (garderies privées, centres de la petite enfance, milieux familiaux, etc.).

Quels sont ses effets sur la santé?

Ce gaz, plus lourd que l’air, s’accumule dans les pièces basses et peu ventilées, par exemple, les sous-sols où l’on aménage souvent la salle de jeu des enfants. Dans une pièce contaminée, les minuscules particules radioactives circulent dans l’air et peuvent être absorbées par les poumons.

Peu nocif à petites doses, une exposition quotidienne au radon peut entraîner un cancer du poumon. Selon Santé Canada, 16 % de ce type de cancer provient d’une exposition au radon. C’est la deuxième cause du cancer du poumon après le tabagisme. Au Québec, 10 % des décès par cancer du poumon sont associés au radon. L’Institut national de santé publique du Québec a produit un rapport en 2004 documentant les effets du radon sur la santé.

Comment savoir s’il y a du radon dans la maison?

Le radon s’infiltre dans les maisons et les bâtiments par de petites fissures dans le sous-sol. Il s’accumule près du sol dans les pièces peu ventilées. Les concentrations sont plus élevées lorsque la température est plus basse, soit la nuit et pendant l’hiver.

C’est pour cette raison que l’on procède au dépistage du radon l’hiver, avec les portes et les fenêtres fermées. Comme il est invisible et inodore, on utilise un détecteur de radon - un dosimètre - pour enregistrer pendant 3 mois sa concentration dans la maison.

Le test est simple à effectuer et il coûte de 50 $ à 100 $. On peut acheter un détecteur de radon dans certaines quincailleries ou le commander par internet ou par téléphone.

Le détecteur permet d’obtenir des mesures qui seront analysées en laboratoire pour déterminer si elles atteignent le seuil fixé par Santé Canada (200 becquerels par mètre cube d’air). Si la concentration en radon est élevée, il est recommandé de faire faire les réparations nécessaires pour bloquer l’accès de la maison à ce gaz potentiellement nocif.


Sources : L’Association Pulmonaire, Santé Canada, Ministère de la Santé et des Services sociaux et La Presse

26 novembre 2013

Partager

À lire aussi