Allergies: la vitamine D aurait un effet protecteur

Allergies: la vitamine D aurait un effet protecteur

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les enfants présentant un taux insuffisant de vitamine D risqueraient 3 fois plus de souffrir d’allergies, selon une récente étude australienne

8 mars 2013 - La vitamine D réduirait le risque de développer des allergies alimentaires. Les enfants présentant un taux insuffisant de vitamine D risqueraient 3 fois plus d’en souffrir, selon une récente étude australienne.

L’étude a été menée auprès de 5276 bébés âgés de 12 mois. Ils ont subi un test d’allergie cutané (test de grattage ou prick-test) pour voir s’ils étaient allergiques aux œufs, aux noix, au sésame, etc. Parmi eux, 577 ont subi un test sanguin afin de mesurer leur niveau de vitamine D.

Selon les résultats, les enfants dont le taux de vitamine D était insuffisant étaient plus nombreux à présenter une réaction positive au test. Un niveau suffisant de vitamine D serait donc un facteur de protection contre les allergies alimentaires durant la première année de vie, avancent les chercheurs. Ils n’ont toutefois pu établir ce lien que chez les enfants de parents nés en Australie.

Les bienfaits
Essentielle à la croissance et bénéfique à la santé des os, la vitamine D contribue à l’absorption du calcium et du phosphore. Elle aurait aussi des effets préventifs sur plusieurs maladies. Les apports quotidiens recommandés sont de 400 UI de 0 à 12 mois et de 600 UI de 1 à 8 ans.

Aliments ou suppléments?

La plus grande source de vitamine D provient du soleil. Sous l’effet des rayons sur la peau, l’organisme en produit naturellement. Elle prend alors la forme d’une hormone qui agirait sur plus de 200 gènes et aiderait ainsi à prévenir plusieurs maladies.

Au Canada, toutefois, l’ensoleillement et la puissance des rayons solaires sont insuffisants d’octobre à avril pour que le corps produise de la vitamine D. Il faut donc se tourner vers l’alimentation et les suppléments pour combler les besoins des enfants.

Le lait est enrichi en vitamine D et les poissons gras en sont une bonne source. Il est cependant difficile d’atteindre les apports recommandés par l’alimentation seulement. C’est pourquoi de plus en plus de pédiatres et de nutritionnistes recommandent que les enfants prennent un supplément de 400 UI en plus de leurs 2 verres de lait quotidiens. Les bébés allaités devraient aussi recevoir un supplément de 400 UI de vitamine D par jour, le lait maternel n’en contenant pas assez.

 

Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

Partager

À lire aussi