Difficile de faire des choix risqués avant l'âge de 5 ans

Difficile de faire des choix risqués avant l'âge de 5 ans

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les enfants de 5 ans et plus ont été capables de prendre une décision réfléchie en fonction des pertes et des gains potentiels.

18 janvier 2013 – « Cette offre est refusée! » Trop jeunes pour participer à l’émission Le Banquier, les enfants de 5 ans seraient tout de même capables de prendre des décisions risquées afin d’augmenter leurs gains, comme le font les adultes. Néanmoins, avant cet âge, ils ne comprennent pas encore bien les enjeux d’une telle décision, rapporte une récente étude française.

Pour tester leurs habiletés à risquer « gros », des chercheurs ont donné à des enfants de 3 à 9 ans, un biscuit qu’ils étaient ensuite invités à échanger contre un autre, contenu dans un des récipients mis à leur disposition.

Ce nouveau biscuit pouvait être plus gros, identique ou plus petit que celui qu’ils tenaient dans leurs mains. Selon les instructions des chercheurs, les enfants pouvaient aussi procéder à différentes combinaisons pour gagner un plus gros biscuit.

Les enfants de 5 ans et plus ont été capables de prendre une décision réfléchie en fonction des pertes et des gains potentiels. Ils ont été plus attentifs que les plus jeunes aux répercussions que pouvaient avoir leurs décisions. En général, perdre une récompense intéressante les affectait plus que de gagner une récompense qu’ils désiraient.

Quant aux moins de 5 ans, ils n’ont pas su identifier les situations les plus risquées. Ils pouvaient échanger leurs biscuits même lorsqu’il n’y avait clairement aucun bénéfice pour eux. Ils n’ont pas su non plus profiter des situations qui leur procuraient le plus d’avantages.

Selon les auteures de l’étude, les parents ne doivent pas s’attendre à ce que leurs enfants soient capables de mesurer les risques liés à une décision ou à un comportement avant l’âge de 5 ans. À partir de cet âge, ils sont cependant aptes à comprendre des recommandations simples concernant des décisions à prendre, surtout lorsqu’ils risquent d’en sortir perdant.

 

Isabelle Burgun - Agence Science-Presse

 

Partager

À lire aussi