Le trampoline: un jeu dangereux, affirment les pédiatres

Le trampoline: un jeu dangereux, affirment les pédiatres

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les sauts sur trampoline n’amusent pas les pédiatres : les blessures graves se multiplient chez les enfants, particulièrement chez les moins de 5 ans.

2 octobre 2012 - Les sauts sur trampoline n’amusent pas les pédiatres : les blessures graves se multiplient chez les enfants, particulièrement chez les moins de 5 ans. Une récente étude américaine rapporte près de 98 000 blessures pédiatriques liées à cette activité en 2009. De ce nombre, 3 100 ont nécessité une hospitalisation.

En dépit des recommandations de l’Académie américaine de pédiatrie, décourageant l’usage du trampoline, cette activité demeure l’une des favorites des enfants. Pourtant, ils se blessent plus souvent que les adultes en rebondissant sur ce jouet récréatif.

La grande majorité des blessures surviennent lorsque de nombreux enfants jouent sur le même trampoline : 75 % des blessés sautaient à plusieurs et en même temps sur la toile, rapporte l’étude. Et plus les enfants sont jeunes, plus ils risquent de se blesser gravement.

Les fractures et les dislocations représentent 48 % des blessures chez les enfants de moins de 5 ans. De 27 % à 39 % des blessures graves sont causées par des chutes.

Les tentatives de saut périlleux s’avèrent particulièrement dangereuses; les enfants risquant de se blesser gravement à la colonne vertébrale lorsque leur dos frappe brutalement le sol. Un traumatisme de la moelle épinière peut entraîner une paralysie partielle ou complète des membres inférieurs.

Les chercheurs se sont également penchés sur l’amélioration des mesures de sécurité. Ils concluent qu’elles ne sont pas très efficaces et ne parviennent pas à rendre ce loisir sécuritaire.

Près de la moitié des blessures surviennent sous la supervision des parents ou d’un voisin. « Beaucoup de parents ignorent les règles de sécurité en trampoline, comme la nécessité de le limiter à un seul utilisateur à la fois. Cette simple mesure permettrait d’éviter de nombreuses blessures graves », affirme Susannah Briskin, spécialiste de médecine sportive pédiatrique à l’Hôpital universitaire pour bébés et enfants Rainbow en Ohio et coauteure de l’étude.

Elle recommande aux pédiatres de prévenir les parents des dangers de l’usage du trampoline chez les enfants. Ce sport, qui est également une discipline olympique, devrait toujours se faire sous une supervision adéquate, au sein d’un programme d’entraînement et avec des mesures de sécurité renforcées.

Même son de cloche au Canada

La Société canadienne de pédiatrie et l’Académie canadienne de médecine du sport déconseillent aussi l’utilisation du trampoline chez les jeunes enfants.

Dans une analyse réalisée en 2006, à partir des données du Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes, des experts se sont montrés inquiets de l’augmentation des blessures en lien avec le trampoline chez les jeunes Canadiens au fil des ans.

De 1990 et 1998, ce nombre a plus que triplé – passant de 149 en 1990 à 557 en 1998. Pendant cette même période, le nombre d’hospitalisations a augmenté de 56 %. En 2003, on a dénombré 680 blessures liées au trampoline chez les enfants de tous âges.

C’est pourquoi SécuriJeunes Canada et de nombreux autres organismes demandent l’élimination des trampolines comme loisir récréatif à la maison et l’interdiction pour les moins de 6 ans de pratiquer cette activité.

 

Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

Partager

À lire aussi