Les jeunes enfants partageraient selon les efforts de chacun

Les jeunes enfants partageraient selon les efforts de chacun

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Un enfant qui démontre beaucoup de gêne apprendrait moins au cours de la prématernelle que les autres bambins.

7 septembre 2012- Les jeunes enfants démontreraient assez tôt un sens de l’équité. Ils seraient capables de partager les récompenses avec leurs petits amis au mérite de chacun.

En effet, dès l’âge de 3 ans, ils prendraient en compte la conduite et les difficultés rencontrées à la réalisation d’une tâche lorsqu’ils distribuent des récompenses, révèle une récente étude britannique.

Les jeunes enfants tiendraient beaucoup à ce que chacun reçoive sa juste part selon les efforts fournis. Les chercheurs l’ont testé auprès de 36 enfants – 18 âgés de 3 ans et 18 âgés de 5 ans.

Dans la première expérience, un enfant et une marionnette, manipulée par un adulte, attrapent des jetons placés dans des petits paniers au moyen d’une canne à pêche. Ces jetons seront échangés contre des récompenses (autocollants). Parfois, il n’y a rien dans le panier, ce qui oblige l’enfant, ou la marionnette, à faire plus d’efforts pour pêcher le nombre de jetons nécessaire à la récompense – 2 jetons pour 2 autocollants, par exemple.

Lorsqu’on demande aux enfants de distribuer les autocollants, ils en gardent généralement moins lorsqu’ils ont moins participé – et inversement : ils en donnent plus à la marionnette quand celle-ci a contribué davantage. Cela démontre qu’ils calculent la rétribution au mérite. À 3 ans, les petites filles ont tendance à être plus généreuses que les garçons du même âge.

Dans une seconde expérience, l’enfant devait distribuer 6 autocollants alors qu’il avait en main le même nombre de jetons gagnés que la marionnette. Encore une fois, les enfants ont tenu compte de la contribution de leur partenaire et se sont efforcés d’être justes.

Malgré ces résultats, les enfants ne se comportent pas toujours de façon équitable, car ils ont souvent un biais en leur propre faveur. De plus, ils ne versent généralement pas plus de la moitié de la recette - même si leur partenaire travaille plus qu’eux! C’est que partager coûte beaucoup aux jeunes enfants. En grandissant, il leur sera plus facile de partager équitablement.

 

Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

Partager

À lire aussi