Des parents trop inquiets, des enfants moins actifs

Des parents trop inquiets, des enfants moins actifs

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


L’inquiétude des parents lors des jeux actifs et l’importance des écrans à la maison expliqueraient l’inactivité des enfants.

1er juin 2012 - Pour la 6e année consécutive, les enfants canadiens décrochent la note F sur le bulletin d’activité physique émis par l’organisme Jeunes en forme Canada. Seulement 7 % des enfants bougent 60 minutes par jour, comme le recommande la Société canadienne de physiologie de l’exercice et l’organisme ParticipACTION.

Mais si les enfants ne bougent pas assez, ce sont les parents qu’il faut pointer du doigt, selon les auteurs du document. Leurs inquiétudes à l’égard de la sécurité de leurs enfants lors des jeux actifs et l’importance des écrans à la maison expliqueraient cette inactivité.

Ainsi, 58 % des parents confient être inquiets pour la sécurité de leurs enfants lorsqu’ils jouent à l’extérieur : circulation automobile, dangers dans le quartier, manque de supervision, noirceur, etc. C’est pourquoi ils préfèrent généralement que leurs enfants jouent à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur. Par conséquent, la majorité du temps de loisir des jeunes Canadiens serait plutôt consacrée à des activités sédentaires.

Au Canada, 46 % des enfants passeraient moins de 3 heures par semaine, en comptant la fin de semaine, à jouer de façon active. En plus d’être amusant (explorer, courir, grimper ou jouer au parc avec leurs amis), le jeu actif améliorerait les fonctions motrices de l’enfant, sa créativité, ses habiletés, mais aussi ses aptitudes sociales.

Après l’école et les fins de semaine, il importe de redonner le goût à l’enfant de jouer dehors. En leur donnant le choix, 92 % des enfants préfèreraient jouer avec des amis plutôt que de regarder la télévision, selon les auteurs du bulletin d’activité physique des Jeunes en Forme Canada.

Des conseils pour faire bouger vos enfants

  • Transformez le temps libre en une période propice au jeu actif : laissez vos enfants choisir ce qu’ils ont envie de faire (jouer à la cachette, danser, être avec des amis, etc.); créez une aire ouverte sécuritaire et ludique (avec des ballons et des jouets qui incitent à bouger); recherchez de nouveaux environnements ludiques : terrains de jeu et parcs des quartiers adjacents, milieux naturels, etc.
  • Rendez le jeu actif sécuritaire : pensez à former vos enfants aux principes de sécurité; supervisez les jeux extérieurs de vos enfants à tour de rôle; encouragez la participation des ami; impliquez-vous dans votre comité de quartier pour que votre environnement devienne plus sécuritaire (mise en place de dos d’âne, de carrefours giratoires, de limites de vitesse).
  • Proposez des alternatives à la télévision et soyez vigilant quant au temps passé devant un écran : les enfants de moins de 2 ans ne devraient pas être exposés à la télévision ou l’ordinateur ; une seule heure par jour d’exposition pour les 2 à 4 ans et un maximum de 2 heures par jour pour les 5 ans et plus.
  • Donnez l’exemple : soyez actif et jouez avec vos enfants. Près de 40 % parents disent avoir souvent joué à des jeux actifs avec leurs enfants au cours de la dernière année.
Faits saillants tirés du bulletin de Jeunes en forme Canada
  • 63 % du temps libre après l’école et au cours des fins de semaine des enfants canadiens est passé à des activités sédentaires.
  • Les enfants de familles à revenu élevé ont un taux de participation à des activités physiques ou à des sports organisés de 25 % supérieur à ceux de familles à faible revenu.
  • Une étude sur le soccer et le baseball/la balle molle a démontré que seulement 46 % du temps de pratique est passé à être modérément ou vigoureusement actif.
  • Les enfants de moins de 6 ans passent de 73 à 84 % de leurs heures d’éveil de façon sédentaire.
  • Seulement 15 % des adultes canadiens satisfont aux directives de 150 minutes d’activité physique par semaine.

 

Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

Partager

À lire aussi