« Tu es le meilleur! »: un compliment à double tranchant

« Tu es le meilleur! »: un compliment à double tranchant

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Dire aux enfants qu’ils appartiennent aux meilleurs ne les aiderait pas à réussir, soutient une nouvelle étude américaine.

7 mai 2012 - Dire aux enfants qu’ils appartiennent aux meilleurs ne les aiderait pas à réussir, soutient une nouvelle étude américaine. Pire, ce compliment tendrait à les démotiver plutôt qu’à les encourager.

« Ce que l’enfant entendra peut le décourager, même si cela paraît positif », avance Andrei Cimpian, professeur de psychologie de l’Université de l’Illinois et coauteur de l’étude.

Le chercheur s’est intéressé aux motivations des enfants alors qu’ils s’attellent à une tâche. Et selon lui, les enfants qui pensent posséder un talent naturel en viendraient à moins bien « performer » lorsque la tâche est ardue.

Pour arriver à cette conclusion, le chercheur et son équipe ont soumis des enfants âgés de 4 à 7 ans à deux expériences.

Dans la première, les plus jeunes devaient dessiner un cercle à l’intérieur d’une forme géométrique, une tâche relativement difficile pour leur groupe d’âge d’autant plus qu’elle était minutée.

Pour la seconde expérience, les enfants devaient tous retrouver une figure géométrique orientée différemment parmi trois exemples donnés. Un exercice rendu encore plus difficile lorsqu’on leur annonçait que certains groupes étaient meilleurs que d’autres à le réussir.

Les enfants à qui l’on disait qu’ils appartenaient au groupe des meilleurs accomplissaient avec peine cette tâche en comparaison à ceux à qui aucune indication n’était fournie.

Selon les chercheurs, ceux à qui l’ont dit qu’ils sont « bons à cette tâche » ne fourniraient pas, de façon générale, les efforts nécessaires pour réussir, préférant se fier à leur « talent naturel ».

Le chercheur recommande donc aux parents de faire attention aux messages qu’ils adressent à leurs enfants. Selon lui, il serait plus sage de leur dire « tu as travaillé fort, regarde le beau résultat » plutôt que « tu es un grand artiste ». L’enfant pourrait alors ne pas comprendre qu’il puisse échouer ou faire des erreurs, ce qui serait pour lui, éventuellement, une source de grand découragement.

 

Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

 

Partager

À lire aussi