Crise de colère: mieux vaut intervenir après que pendant

Crise de colère: mieux vaut intervenir après que pendant

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


12 décembre 2011 - Bien des parents vivent un désarroi en voyant leur jeune enfant faire une crise de colère, étant incapables de le maîtriser. Or, il vaut mieux laisser passer la tempête et attendre qu’il se soit calmé pour intervenir.

C’est la conclusion de chercheurs américains qui ont analysé une centaine d’enregistrements de colères d’enfants. Leurs résultats sont publiés dans la revue Emotion.

Surtout, il faut éviter de parler ou poser des questions à un enfant qui fait une crise. Ce sera pire, car en plus de lui demander plus d’énergie, il vivra une frustration en n’arrivant pas à s’exprimer comme il le souhaite.

Le mieux à faire, avec un enfant âgé de 2 à 4 ans, est d’attendre qu’il se calme. On en viendra de toute manière au même résultat, et la crise de colère ne sera pas écourtée d’une manière ou d’une autre.

Une fois la crise terminée, il est cependant important de favoriser le dialogue. Aidez-le à parler de ce qui s’est passé, de ce qu’il a ressenti et de la cause de sa colère.

 

BUM et Équipe NaîtretGrandir

Partager

À lire aussi