Le retard de langage, pas si rare

Le retard de langage, pas si rare

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


4 novembre 2011 - Il semble qu’il ne faudrait pas trop s’inquiéter lorsqu’un jeune enfant présente un retard de langage, selon les résultats d’une étude parue sur le site Medscape.

Pour la plupart, tout rentrerait dans l’ordre vers l’âge de trois ans, qu’il y ait eu ou non une intervention pour corriger la situation.

Vers l’âge de 18 mois, de 20 à 25 % des enfants présentent un retard de langage expressif, c’est-à-dire qu’ils parlent peu ou pas du tout. Ce déficit est par ailleurs présent sans qu’il ne soit causé par des problèmes neurologiques, sensoriels ou cognitifs.

De 5 à 8 % des enfants traînent leur retard développement du langage jusqu’à l’école, puis dans leur vie adulte.

Dans le cadre de la présente recherche, après avoir suivi 1138 couples parent-enfant, on a remarqué que le niveau de langage de tous les enfants suivait la norme, et ce, même si un dépistage ou une intervention avait été nécessaire.

 

BUM

Crédit photo : arztsamui / FreeDigitalPhotos.net

Partager

À lire aussi