La 3D, sans danger pour les enfants?

La 3D, sans danger pour les enfants?

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


18 janvier 2011 — L’offre de films et de consoles de jeux 3D ne cesse de se multiplier. Récemment, Nintendo en déconseillait l’usage chez les moins de 6 ans stipulant que cela pourrait nuire au développement des yeux des enfants.

Des États-Unis1 à la France2-3, les ophtalmologistes ont exprimé leur étonnement vis-à-vis de cette mise en garde. Selon eux, il n’existe aucune preuve scientifique que la technologie 3D puisse causer des dommages permanents à la vision des enfants et la plupart d’entre eux pensent qu’il n’y a guère de danger.

La technologie 3D est si récente qu’il est difficile d’en évaluer les réels dangers sur la santé. Cependant, une étude d’un laboratoire scientifique du Département de défense australien4 note que l’exposition prolongée à la 3D peut provoquer des nausées et des maux de tête et pourrait augmenter le risque de strabisme chez les enfants. Selon cette même étude, visionner trop de 3D pourrait, en outre, entraîner des vertiges et de la difficulté à se concentrer.

L’Académie américaine de pédiatrie recommande de ne pas laisser les enfants de moins de 2 ans regarder des écrans quels qu’ils soient.

Que l’écran soit en 2D ou en 3D, il vaut mieux éviter que les enfants le regardent de manière prolongée. C’est ce point qui inquiète davantage les pédiatres qui se préoccupent plutôt des risques liés à une trop grande utilisation des technologies interactives. En effet, ces nouvelles technologies sont de plus en plus attirantes pour les enfants et, à hautes doses, elles peuvent nuire à leurs capacités de concentration.

 

Équipe Naître et grandir

 

1. The New York Times: Eye Specialists Question Nintendo’s Warning on 3-D Technology and Children
2. Le nouvel observateur: Le danger des images 3D? "Un excès de précaution"
3. Doctissimo: La 3D, sans danger pour les yeux?
4. Barrett, J., Side effects of virtual environments : a review of the literature, 2004-05

Partager

À lire aussi