Petite enfance: une période déterminante pour le développement

Petite enfance: une période déterminante pour le développement

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


11 mai 2010 – Les expériences vécues de la naissance à la 5e année de vie influencent grandement le développement émotionnel et psychologique d’un enfant. C’est ce que confirme une nouvelle série d’études publiées dans l’édition de mai de la revue Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine.

Elles soulignent à quel point la petite enfance est déterminante pour l’acquisition de plusieurs habiletés. Selon les auteurs, même si cette tendance n’est pas immuable, il semble que les enfants qui réussissent bien durant leurs premières années de vie continuent à mieux réussir en grandissant. Les enfants qui prennent du retard dans l’acquisition de certaines habiletés doivent travailler plus fort pour rattraper le peloton. Malheureusement, certains n’y parviennent pas toujours.

À la lumière de leurs résultats, les chercheurs soulignent que de petits changements dans l’environnement de l’enfant de même que du foetus s’avèrent rentables à long terme. C’est le cas, entre autres, des habitudes d’écoute de la télévision. Chez les enfants de 2 ans et plus, on recommande de ne pas regarder la télévision plus de 2 h par jour, même s’il s’agit d’émissions éducatives pour enfants. Les résultats indiquent que chaque heure additionnelle de télé est associée à un état de santé moins optimal, à une plus grande consommation de boissons gazeuses et d’aliments camelotes et à des difficultés à l’école, notamment en mathématiques1. Ils vivent aussi plus de rejet de la part de leurs camarades de classe.

Certaines études se sont penchées sur l’impact de la nicotine et des médicaments antidépresseurs2 chez l’enfant à naître. Lorsque la mère fume durant la grossesse, on a observé davantage de problèmes de sommeil chez l’enfant de 12 ans. De même, la prise de médicaments antidépressifs est associée à des comportements anxieux et dépressifs chez l’enfant de 3 ans.

 

Claudia Morissette – Naitreetgrandir.net

D’après Health Day News et Medical News Today, 6 mai 2010

 

1. Les élèves ont été évalués lorsqu’ils étaient en 4e année.
2. Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine tels que Paxil, Prozac et Zoloft.

Partager

À lire aussi