Dépression postpartum : lorsque c'est papa qui en souffre

Dépression postpartum : lorsque c'est papa qui en souffre

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


5 janvier 2010 – Il semble que la dépression postpartum n’atteint pas seulement les nouvelles mamans; elle toucherait également un certain nombre de pères.

On ne connaît pas encore exactement sa prévalence chez les hommes, mais une étude1 réalisée il y a quelques années rapportait que 4 % des pères présentaient des symptômes de dépression dans les 2 premiers mois suivant la naissance du bébé. Chez les femmes, cette proportion est de 10 %2.

Mais qu’elle touche l’un ou l’autre des parents, la dépression peut avoir des effets néfastes sur le développement de l’enfant, d’où l’importance de consulter rapidement. Or, les hommes sont généralement moins enclins à demander de l’aide ou à exprimer leurs émotions lorsque quelque chose ne va pas. Cette tendance peut devenir un facteur aggravant de la dépression lorsqu’arrive la paternité amenant de nouvelles inquiétudes et responsabilités, un nouveau style de vie auquel il faut s’habituer, etc.

On suspecte également que certains éléments physiologiques contribuent à cet état dépressif. Par exemple, on a remarqué que les taux de testostérone des futurs pères diminuent durant la grossesse. Or, on sait déjà qu’il existe un lien entre la dépression chez les hommes d’âge moyen et un taux de testostérone bas.

Mais le facteur de prédiction le plus décisif de la dépression chez le nouveau père est le fait que la mère souffre déjà de dépression. Une étude a démontré que les nouveaux papas dont la partenaire souffrait de dépression avaient 2 fois plus de risque de vivre à leur tour une dépression.

Cet élément est important à considérer puisque l’on compte souvent sur le père pour prendre le relai lorsque la mère ne se porte pas bien. Mais si lui-même est atteint de dépression, il ne peut prévenir les impacts potentiels sur l’enfant.

Les enfants ont d’ailleurs déjà fait l’objet d’études. Ainsi, on a observé un lien entre la dépression post-partum chez la mère et certains comportements ou troubles émotionnels chez les enfants, tandis qu’une dépression chez le père est associée à des problèmes comportementaux chez les garçons.

 

Claudia Morissette – Naitreetgrandir.net

 

1. basée sur 26 000 parents. Ramchandani, p. et al. "Paternal depression in the postnatal period and child development: a prospective population study", The Lancet, Volume 365, Issue 9478, pages 2201-2205,
2. On distingue généralement la dépression post-partum du baby blues passager dont souffre 80 % des femmes durant les premiers jours suivant la naissance de leur enfant.

Partager

À lire aussi