De l'eau de Javel pour soulager l'eczéma?

De l'eau de Javel pour soulager l'eczéma?

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


1er mai 2009 – L’eau de Javel serait efficace pour traiter l’eczéma chez les enfants, selon des chercheurs américains qui ont examiné la possibilité de réduire la gravité des flambées d’eczéma en ajoutant ce produit à l’eau du bain1.

Les traitements traditionnels contre ce type de dermatite, qui peut s’infecter en raison de la présence de bactéries, consistent habituellement à prendre des antibiotiques topiques et oraux. Ces médicaments, notent les chercheurs, peuvent augmenter le risque de résistance des bactéries. L’avantage de l’eau de Javel, c’est qu’elle élimine les bactéries, mais sans avoir d’effet sur leur résistance. Elle est également peu coûteuse.

Cette petite étude2 a été menée auprès de 25 sujets âgés de 6 mois à 17 ans souffrant d’eczéma. Certains devaient prendre un bain contenant de l’eau de Javel à 6 %, à raison de deux fois par semaine durant trois mois. La quantité d’eau de Javel ajoutée équivalait à ½ tasse pour 40 gallons d’eau. Pour une baignoire standard à moitié remplie, il faut calculer ¼ tasse d’eau de Javel.

Les autres devaient continuer à prendre des bains ordinaires. Dans les deux cas, ces traitements faisaient suite à la prise d’un antibiotique oral (Cephalexin).

À l’issu de l’essai clinique, les enfants qui avaient pris un bain avec de l’eau de Javel présentaient une diminution importante de leur eczéma, comparativement aux sujets qui avaient continué à prendre des bains réguliers. Les chercheurs ont aussi noté que les parties du corps qui n’avaient pas été immergées dans l’eau de Javel, comme la tête et le cou, ne présentaient pas cette diminution. Le visage ne doit jamais entrer en contact avec de l’eau javellisée, rappellent les chercheurs.

 

Claudia Morissette – Naître et grandir.net

 

1. Huang JT, Abrams M, et al. Treatment of Staphylococcus aureus colonization in atopic dermatitis decreases disease severity, Pediatrics. 2009 May;123(5):e808-14.

Partager

À lire aussi