L'huile de lin : des risques réels pour la grossesse?

L'huile de lin : des risques réels pour la grossesse?

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


4 novembre 2008 – La consommation d’huile de lin durant la grossesse pourrait augmenter les risques d’accouchement prématuré, soutiennent des chercheuses de l’Université de Montréal.

Anick Bérard et son équipe de la Faculté de pharmacie ont mené une étude1 sur la consommation de produits de santé naturels durant la grossesse. D’après les résultats, parmi les 3 354 femmes enceintes2, celles qui avaient ajouté de l’huile de lin à leur régime alimentaire durant les deux derniers trimestres de leur grossesse couraient de trois à quatre fois plus de risque d’accoucher prématurément que les autres.

Dans la population en général, le risque d’accoucher prématurément est de 2 % à 3 %. Il grimperait à 12 % pour les femmes qui consomment de l’huile de lin. Les graines de lin ne seraient pas reliées à des accouchements prématurés.

Selon Anick Bérard, l’huile de lin aurait des propriétés distinctes de celles de la graine, sans doute en raison du processus de transformation. « En attendant que d’autres études confirment nos résultats, les femmes enceintes devraient limiter leur consommation d’huile de lin durant la grossesse », recommande la chercheuse.

À l’aide d’un questionnaire, les participantes ont répertorié leur consommation de médicaments et de produits naturels avant, pendant et après la grossesse. La camomille, le thé vert, la menthe poivrée et le lin étaient les produits naturels les plus consommés par les femmes enceintes.

Des conclusions hâtives?

Selon la gynécologue Sylvie Dodin, cette étude saute trop vite aux conclusions quant aux effets néfastes de l’huile de lin : « Les données recueillies ne permettent pas d’observer les effets des produits naturels sur les femmes enceintes, elles nous renseignent seulement sur leur consommation sans connaître la fréquence ni la quantité ingérée ». Cela soulève néanmoins une hypothèse intéressante, qui mérite d’être fouillée, croit-elle.

Sylvie Dodin recommande très rarement de l’huile de lin à ses patientes. « Elle rancit très vite et contient moins d’oméga-3 que l’huile de poisson. »

 

Emmanuelle Bergeron – PasseportSanté.net

D’après le journal Forum.

 

1. Moussally K, Oraichi D, et al. Exposure to herbal products during pregnancy and the risk of preteerm birth. L’article a été soumis pour publication.
2. Les femmes enceintes ont été répertoriées grâce au Registre québécois des grossesses qui regroupe des données de la RAMQ sur la prise de médicaments, Med-Echo pour l’hospitalisation et de l’Institut de la statistique du Québec pour les naissances.

Partager

À lire aussi