Frères et soeurs: rivalité et disputes après 5 ans

Frères et soeurs: rivalité et disputes après 5 ans
Comment faire pour que la rivalité fasse place à la complicité entre vos enfants?

Un enfant peut développer une belle complicité avec son frère ou sa soeur, mais il est probable qu’ils vivront aussi de la rivalité, ce qui est tout à fait normal. Moins la différence d’âge est grande entre un frère et une soeur, plus ce sentiment risque d’apparaître.



Les causes

Votre enfant construit son identité tout au long de son enfance et de son adolescence. Pendant cette période, mais surtout à partir de 5 ans, il se compare aux autres, et de la jalousie peut naître de cette comparaison. Un enfant vivra de la rivalité avec son frère ou sa soeur pour différentes raisons :

  • L’enfant est inquiet de sa place dans la famille et cherche à attirer l’attention de son père ou de sa mère;
  • Il manque de confiance en lui-même;
  • Il ressent un sentiment d’injustice;
  • Il ne veut tout simplement pas partager ce qu’il a.
  • Les personnalités des enfants sont très différentes, ce qui crée davantage de conflits;

Un enfant peut aussi comparer ses résultats scolaires avec son frère ou sa soeur. S’il a plus de difficultés dans ses apprentissages, cela pourrait nuire à son estime de soi. Il est donc important que, comme parent, vous nommiez les forces de chacun de vos enfants : « Ton frère a de la facilité en mathématiques et toi, tu es bonne pour les dictées en français. »

Des signes de jalousie

Bien sûr, vos enfants peuvent se taquiner ou se chamailler pour le plaisir. Ne vous inquiétez pas à la moindre dispute. Si vous sentez que les discussions ou les jeux deviennent trop agressifs, c’est le moment d’intervenir. Une jalousie persistante peut se faire sentir par différents signes :

  • Votre enfant est plus maussade, plus boudeur que d’habitude;
  • Il fait des pitreries ou essaie d’attirer votre attention plus qu’avant;
  • Il désobéit aux règles et fait des bêtises volontairement;
  • Il démontre régulièrement des signes d’impatience ou d’agressivité. Par exemple, il mord ou pousse son frère ou sa soeur.

Si un ou plusieurs de ces comportements perdurent, observez-le quand il est avec son frère ou sa soeur et essayez de comprendre ce qui se passe pour modifier son attitude. À travers son attitude, votre enfant recherche votre attention. En soulignant ses bons coups, vous lui donnez de l’attention positive, et cela pourrait l’inciter à adopter de meilleurs comportements.

Dans la tête de votre enfant…
Comme son estime personnelle est encore en construction, l’enfant de 5 ans et plus a encore besoin d’être soutenu par un adulte dans la résolution de ses conflits. Bien qu’il soit de plus en plus apte à comprendre les situations qu’il vit et le point de vue d’une autre personne, il a encore du mal à choisir les bonnes stratégies ou à appliquer seul un moyen qu’on lui aura proposé.

De plus, jusqu’à 7 ans, l’enfant est encore centré sur son univers. Il est moins conscient des besoins des autres et peut avoir plus de difficulté à partager son espace et ses biens avec son frère ou sa soeur. Pour cette raison, les conflits avant cet âge portent encore sur la possession d’un objet ou d’un jouet (« Pourquoi elle a ce jouet et pas moi! »).

À partir de 7 ans, l’enfant atteint l’âge de raison. Il s’ouvre à l’univers des autres et apprend à négocier. Il peut exprimer son point de vue et comprendre l’impact d’un geste positif ou négatif. Vous pouvez plus facilement discuter avec lui de façon logique, l’aider à exprimer ce qu’il ressent et l’inciter à réfléchir à des solutions pour résoudre par lui-même les conflits avec ses frères et soeurs. Il est également capable de collaboration et de compromis lors d’une situation plus difficile. À cet âge, les conflits portent davantage sur le sentiment de compétence (« Je suis moins bon que lui! ») que sur la notion de possession.

Suggestions pour réduire la rivalité

Pour essayer d’atténuer les inconvénients d’une rivalité frères/soeurs et éviter que celle-ci prenne trop d’ampleur, voici ce que vous pouvez faire :

  • Rassurez chacun de vos enfants sur la place qu’il a dans votre vie. À l’arrivée d’un nouveau petit frère ou d’une nouvelle petite soeur, il est important d’expliquer à l’aîné que vous l’aimez tout autant et que vous êtes encore là pour lui, même si votre bébé ou votre plus jeune demande plus de soins et d’interventions de votre part. Répétez-le-lui souvent pour le réconforter;
  • Essayez de préserver du temps en tête-à-tête avec chacun de vos enfants. Chaque enfant a besoin de sentir qu’il est spécial pour son père et sa mère, et le fait de passer du temps seul avec vous est précieux pour lui;
  • Évitez le favoritisme, essayez d’être le plus équitable possible dans l’attention que vous donnez à vos enfants, mais expliquez-leur que chacun a des besoins différents. Vous pouvez accorder une permission à l’un d’eux à cause de son âge ou donner plus de temps à un enfant qui a de la difficulté dans ses devoirs;
  • Ne faites pas de comparaison. Ne citez pas à votre enfant son frère ou sa soeur en exemple. Cela pourrait créer une compétition malsaine entre eux. Chaque enfant est différent. Encouragez-les à développer leurs propres forces et à travailler sur leurs difficultés, mais sans faire de parallèle entre eux;
  • Encouragez l’entraide entre vos enfants. Ne rendez pas l’aîné responsable du plus jeune, mais incitez chacun à s’aider ou à s’encourager l’un et l’autre lorsqu’ils vivent une difficulté;
  • Donnez l’exemple. L’enfant apprend en vous imitant. Essayez de régler vos différends et vos conflits dans le calme, sans cris ni éclats et sans vous montrer envieux.

Comment réagir aux bagarres et aux conflits

Malgré tout, vos enfants vivront sûrement des moments de rivalité. Cette rivalité peut causer des frictions et se transformer en batailles et en conflits. Vous pouvez les aider à résoudre leur mésentente et à diminuer la fréquence des chamailleries.

  • Incitez vos enfants à exprimer calmement leurs émotions et leurs pensées par des mots.
  • Vos enfants ont le droit d’exprimer leur désaccord et leurs émotions. C’est même sain de le faire. Imposez toutefois des règles claires et soyez ferme dans leur application. Si un enfant insulte son frère ou sa soeur ou fait preuve d’agressivité (pousse, mord, frappe), demandez-lui de s’excuser et de ne plus le refaire. Vous pouvez prévoir avec l’enfant des conséquences s’il n’obéit pas à la règle.
  • Évitez de jouer l’arbitre dès qu’un conflit apparaît, car les enfants doivent apprendre à régler leurs différends, mais observez-les lorsqu’ils sont ensemble. Assurez-vous que l’un des enfants n’essaie pas de toujours prendre l’avantage sur l’autre.
  • Ne tolérez pas de violence physique. En cas de bagarre, séparez-les, et lorsqu’ils auront retrouvé leur calme, demandez-leur de s’exprimer sur le problème et de réfléchir ensemble à une solution.
  • Ne prenez pas parti pour l’un ou pour l’autre. S’ils se bagarrent, donnez des conséquences aux deux enfants et non à un seul.

Lorsque le calme est revenu, tentez de les faire réfléchir sur les conséquences de leur comportement (ex. : les conflits créent de la peine ou de la colère, ils donnent moins envie de jouer ensemble par la suite, etc.).

Que faire si la rivalité devient hors de contrôle?

Si, malgré vos précautions et les efforts pour trouver des solutions, les conflits persistent sur une longue période ou si ces mésententes sont trop violentes, il pourrait être utile d’aller chercher du soutien auprès du CLSC de votre territoire qui pourra au besoin vous orienter vers un spécialiste du comportement.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Janvier 2016

 

Ressources et références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • DUCLOS, Germain et autres. Besoins et défis des enfants. Vivre en harmonie avec les enfants de 6 à 12 ans. Éditions Enfants Québec, 2009.
  • FERLAND, Francine. Le développement de l’enfant au quotidien, de 6 à 12 ans. Éditions du CHU Sainte-Justine, 2014.
  • HORDÉ, Pierrick et autres. Le Journal des femmes. Santé médecine.net. Jalousie entre frères et soeurs. 2015. sante-medecine.commentcamarche.net
  • PAPALIA, Diane E. et autres. Psychologie du développement de l’enfant. 7e édition, Chenelière McGraw-Hill, 2010.
  • WEBMD. Sibling Rivalry. 2014. www.webmd.com

À lire aussi