Éducation: quand les parents ne s'entendent pas

Éducation: quand les parents ne s'entendent pas
Les parents ne sont pas toujours d’accord au sujet de l’éducation des enfants. Comment conserver l’harmonie entre eux?

Dans une famille, les parents ne sont pas toujours d’accord sur la voie à suivre dans l’éducation de leurs enfants. Ils peuvent avoir un même objectif tout en ayant une vision différente de comment y arriver. Que faire pour conserver l’harmonie?

Différents, mais complémentaires

Chaque personne provient d’un milieu familial unique et a son propre bagage. Les connaissances et les expériences de chaque parent peuvent donc être différentes, mais aussi complémentaires. Il est alors important d’être attentif à la vision de l’autre pour enrichir son propre point de vue sur l’éducation d’un enfant.

De plus, les enfants qui grandissent font davantage de demandes, comme une permission spéciale pour se coucher plus tard ou un nouveau jouet vu chez un ami. À partir de 4 ou 5 ans, l’enfant développe sa capacité à argumenter, à faire valoir son point de vue et à négocier. Il est donc important que les deux parents soient cohérents dans leurs attentes envers leur enfant.

Pour parvenir à des décisions communes, les parents doivent discuter en privé, et non devant leur enfant. S’ils se contredisent devant lui, il ne sera plus certain des règles à suivre. De plus, il comprendra qu’il peut en profiter pour aller voir l’un ou l’autre de ses parents en premier, selon la nature de sa demande et ses champs d’intérêt.

Maintenir l’harmonie

Voici quelques conseils pour éviter les conflits à propos de l’éducation de votre enfant.

  • En son absence, prenez d’abord le temps de discuter des valeurs importantes pour chacun de vous. Que souhaitez-vous transmettre à votre enfant?
  • Une fois que vous aurez établi vos valeurs communes, vous verrez que vos méthodes peuvent différer. Parlez de votre enfance respective et de l’éducation que vous avez reçue, avec ses bons et ses mauvais côtés. Prenez chacun le temps de bien expliquer votre point de vue.
  • Ne vous disputez pas devant votre enfant au sujet de son éducation. L’autre parent devra parfois prendre une décision en votre absence. Restez solidaire de lui, même si vous n’êtes pas entièrement d’accord avec son choix.
  • Lorsque cela est possible, prenez le temps de discuter ensemble, sans votre enfant, d’une demande ou d’un problème associé à la famille. Même si cela peut retarder la prise de décision, vous aurez le temps de vous mettre d’accord.
  • Restez ouvert au compromis. Établissez des priorités, mais acceptez de lâcher prise sur certains points. Ne cherchez pas à avoir raison sur tout. Pour le bien-être de votre enfant, il est parfois important de faire front commun avec l’autre parent et de se montrer solidaire de ses décisions.
  • Pour limiter le temps de discussion, partagez-vous les responsabilités et les domaines d’intervention.
  • Prenez les décisions à tour de rôle. Rien ne vous empêche de tester la solution de l’un des parents et d’en évaluer ensemble les résultats plus tard.
  • L’éducation d’un enfant est un grand défi. Souvent, plus d’un choix est valable, et il existe plus d’une solution à un problème. Échanger avec d’autres parents pourrait vous permettre de voir certaines situations d’un point de vue différent.
Le conseil de famille
Si l’âge de vos enfants le permet, organisez un « conseil de famille » une fois par mois. Vous pourrez ainsi planifier un moment où chaque membre de la famille peut parler de ses attentes et discuter de l’atmosphère familiale. Vous pourrez y aborder autant la gestion des conflits entre frères et soeurs que les demandes de vos enfants envers vous. Une fois les demandes de vos enfants expliquées, vous pourrez en discuter ensemble et prendre des décisions qui vous conviennent à tous les deux. Ce moment peut également servir à répartir les tâches et les responsabilités entre les membres de la famille ou encore à établir une liste de règles familiales.

Parents séparés et familles recomposées

La plupart de ces suggestions s’appliquent également aux familles séparées ou recomposées. Elles sont d’autant plus importantes que la vie familiale après une séparation nécessite de s’adapter à une nouvelle situation.

  • Il est souhaitable que les parents séparés continuent à discuter ensemble des grandes décisions concernant l’enfant. Si votre enfant a un comportement qui vous inquiète ou si vous devez prendre une décision concernant son avenir (un changement d’école, par exemple), trouvez du temps pour vous rencontrer et prendre une décision ensemble.
  • Acceptez de ne pas tout contrôler au quotidien. Un enfant qui partage son temps entre deux maisons et deux familles doit s’adapter aux règles et habitudes de vie du parent chez qui il habite.
  • Si vous êtes une famille recomposée et que les enfants des deux parents apprennent à vivre sous le même toit, il est encore plus important d’établir des règles de vie commune, quitte à modifier certaines habitudes.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mars 2016

 

Photo : iStock.com/amazingmmikael

Ressources et références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • BENOIT, Joe-Ann. Le défi de la discipline familiale. Les Éditions Québec-Livres, 2014, 256 p.
  • GANNAC, Anne-Laure. Psychologies. Réussir sa famille recomposée. Juin 2015. www.psychologies.com
  • PINTO GOMES, Paula. Notre famille, vos questions de parents. Parents séparés : l’éducation des enfants est souvent source de conflits supplémentaires. 13 mai 2011. www.vosquestionsdeparents.fr
  • RACINE, Brigitte. L’autorité au quotidien, un défi pour les parents. Éditions du CHU Sainte-Justine, « Collection du CHU Sainte-Justine pour les parents », 2013, 200 p.
  • RAMBERT, Margaux. Psychologies. Couple : s’entendre sur l’éducation des enfants. Décembre 2010. www.psychologies.com

À lire aussi