L'autonomie chez l'enfant

L'autonomie chez l'enfant
L’autonomie facilite la vie quotidienne. Voici comment aider votre enfant à devenir plus autonome.


L’autonomie permet à un enfant de se débrouiller au quotidien, de devenir de plus en plus indépendant et de pouvoir prendre ses propres décisions. Le besoin d’autonomie évolue pendant toute l’enfance et l’adolescence. Devenir autonome, c’est acquérir peu à peu une forme de contrôle sur soi-même et sur sa vie. C’est un élément essentiel de la confiance en soi. Pour y parvenir, l’enfant a besoin d’adultes bienveillants qui l’accompagnent dans cette quête vers l’autonomie.

Le développement de l’autonomie

À partir de 5 ans, l’acquisition de l’autonomie est très importante. L’enfant peut toutefois vivre de l’anxiété à cause de tous ces changements et de ces nouveaux apprentissages. Il a besoin de savoir que vous êtes présent pour lui.

L’autonomie se développe petit à petit dans plusieurs sphères de la vie. Elle touche les habiletés physiques, la pensée, l’acquisition de connaissances, l’interaction avec les autres et la gestion des émotions.

À 5 ans déjà, l’enfant commence à être capable de planifier et d’organiser un travail, à condition qu’il s’agisse d’une tâche très simple.

Sur le plan de l’autonomie personnelle, vers l’âge de 5 ou 6 ans, l’enfant est capable de s’habiller seul, mais il peut encore avoir besoin de soutien pour attacher de petits boutons, par exemple. Il devrait commencer à être capable de nouer ses lacets tout en mettant ses souliers dans les bons pieds. Sur le plan de l’hygiène, on peut s’attendre à ce qu’un enfant de cet âge puisse se laver seul. Une supervision peut toutefois s’avérer nécessaire, ainsi qu’un rappel des éléments importants.

Vers l’âge de 7 ans, l’enfant devient de plus en plus autonome et responsable. Il peut alors donner un coup de main dans l’accomplissement des tâches de la maison. Il est aussi capable de réflexion et d’un certain raisonnement logique.

Même si l’âge de l’enfant nous donne un aperçu de son degré d’autonomie, il ne faut pas oublier que chaque enfant est unique et progresse différemment. Votre enfant peut développer son autonomie plus rapidement dans un domaine que dans un autre. Il peut, par exemple, ne pas encore être en mesure de se préparer seul le matin pour aller à l’école, mais s’être déjà bien intégré dans un groupe. Plus vous êtes attentif à l’évolution de votre enfant, mieux vous pouvez l’accompagner et lui fournir les outils nécessaires, selon ses besoins.

Comment favoriser l’autonomie de votre enfant

Vous pouvez aider votre enfant à acquérir de l’autonomie de plusieurs façons.

Le jeu libre : quand?
  • Encouragez-le.
    Faites confiance à votre enfant et utilisez des mots pour le lui montrer. Dites-lui : « Tu es capable » ou « Tu peux le faire ». Rappelez-lui les moments où il ne croyait pas être capable de faire une chose et où il a finalement réussi. Félicitez-le pour ses succès. Sinon, rappelez-lui qu’il est en situation d’apprentissage. Faites-lui remarquer qu’il a quand même réussi certaines étapes et qu’il n’a pas échoué complètement. Aidez-le à trouver des façons de s’améliorer.
  • Stimulez sa curiosité.
    Laissez-le explorer les domaines qui l’intéressent. Incitez-le à essayer des activités qu’il ne connaît pas. Donnez-lui envie de découvrir des choses en étant curieux vous-même. N’hésitez pas à aller à la bibliothèque du quartier et laissez-le choisir un livre en fonction de ses champs d’intérêt.
  • Confiez-lui des tâches domestiques.
    Impliquez votre enfant dans les petites tâches au quotidien. Vous pouvez lui confier de petites responsabilités simples. Non seulement cela lui permettra de développer de l’autonomie et de la confiance, mais aussi de passer du temps avec vous. Par exemple, vous pouvez demander à votre enfant de plier les serviettes, de mettre la table ou de vous aider à ranger les ustensiles. Il peut aussi s’impliquer en rangeant ses effets scolaires dans son sac et en plaçant son repas dans sa boîte à lunch. Évidemment, il aura besoin de supervision, mais il sera fier de vous aider et de préparer sa journée du lendemain. Pour en savoir plus, consultez notre fiche Quelles tâches ménagères confier à un enfant?
  • Apprenez-lui à régler ses conflits.
    Si votre enfant se dispute avec un autre enfant, il est préférable de le laisser régler le conflit lui-même tout en assurant une certaine supervision. S’il vient toujours vers vous lors d’une dispute, laissez-le s’exprimer. Aidez-le à nommer ce qu’il ressent. Suggérez-lui ensuite de dire calmement à l’autre enfant ce qu’il vit. Incitez-le à réfléchir à une solution et à la proposer.
  • Laissez votre enfant faire des choix.
    Même s’il y a des règles à suivre et des limites à respecter, permettez à votre enfant de faire certains choix. Par exemple, il peut choisir de ramasser ses jouets avant le souper plutôt qu’après. Il aura alors le droit d’écouter son émission de télévision préférée après le repas. Permettez-lui aussi de choisir certains vêtements, comme son chandail ou ses pantalons. En établissant des règles et des conséquences claires, vous aiderez votre enfant à prendre des décisions et à assumer ses choix. Il s’agit d’un pas important vers l’autonomie.
  • Évitez de le surprotéger.
    Il est normal d’imposer des règles à suivre à la maison et de veiller à la sécurité de son enfant. Toutefois, il est important de lui laisser de la liberté afin de lui démontrer que vous avez confiance en lui. Cela favorisera son autonomie. Si vous faites tout à sa place et si vous avez toujours peur pour lui, il perdra confiance en ses moyens et sera démotivé. Pour en savoir plus, consultez notre fiche Le parent hélicoptère.
  • Ayez des attentes réalistes.
    Ne perdez pas de vue que votre enfant est un enfant. Laissez-lui le temps d’apprendre à son rythme et restez patient. Encouragez-le et soyez attentif à ses progrès. Félicitez toujours votre enfant lorsqu’il franchit une nouvelle étape. Il est important que votre enfant soit placé devant des tâches qu’il est capable de faire. Il se peut que vous deviez d’abord lui montrer comment faire. Vous pourrez par la suite, une fois qu’il aura réussi, augmenter légèrement le niveau de difficulté.
  • Laissez-lui du temps.
    Si vous trouvez que votre enfant n’exécute pas assez rapidement une tâche ou s’il a de la difficulté à l’achever, laissez-lui quand même le temps dont il a besoin. Il doit réussir lui-même des choses pour apprendre et se sentir fier de lui. Il est donc préférable de prévoir 10 ou 15 minutes de plus pour choisir ses vêtements et s’habiller. Votre enfant aura toujours besoin de vous, alors soyez là pour l’accompagner et le superviser. Montrez-lui vos trucs pour bien faire les choses et laissez-le ensuite pratiquer. Acceptez aussi que votre enfant puisse choisir une manière autre que la vôtre tout en exécutant bien la tâche demandée.
  • Soyez positif.
    Il n’est pas nécessaire de revenir à plusieurs reprises sur les échecs ou les résultats moins satisfaisants de votre enfant. Il sait déjà très bien qu’il a échoué. Les défis et les difficultés font partie de la vie. Mieux vaut lui demander pourquoi il croit ne pas avoir bien réussi. Aidez-le ensuite à trouver des moyens de s’améliorer.

L’autonomie lors des devoirs et des leçons

Au début du primaire, votre enfant aura besoin d’un accompagnement constant pour ses devoirs. Peu à peu, il deviendra plus autonome dans la gestion de ses tâches et de ses devoirs, mais il aura toujours besoin de sentir que vous êtes présent et prêt à l’aider au besoin. Pour favoriser son autonomie, vous pouvez :

  • inviter votre enfant à préparer le matériel dont il aura besoin pour faire ses tâches;
  • prendre un moment avec lui pour qu’il vous montre ce qu’il a appris. Cela pourra même rendre cette période ludique. Il sera fier de vous montrer ses nouveaux apprentissages;
  • s’il sait déjà lire, proposer à votre enfant de lire quelques pages à son jeune frère ou à sa jeune soeur, à son animal domestique ou même à son toutou. Vous pouvez aussi lire une page à tour de rôle.

En cas de doute sur la période de devoirs et de leçons, il est toujours préférable de consulter son enseignant ou enseignante, qui saura vous guider.

 

Naître et grandir

Révision scientifique : Ariane Leroux-Boudreault, psychologue
Recherche et rédaction :Équipe Naître et grandir
Mai 2021

 

Photo : GettyImages/martin-dm

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

À lire aussi