L'enfant amoureux de son parent

L'enfant amoureux de son parent
Elle veut se marier avec son papa et il essaie de séduire sa maman… Comment réagir lorsque votre enfant vit son complexe d’Oedipe?


Même si le complexe d’Oedipe est une théorie qui n’a jamais fait l’unanimité parmi les psychologues, elle demeure à ce jour d’actualité pour bon nombre d’entre eux. Le complexe d’Oedipe représente en effet pour plusieurs psychologues une étape importante du développement de l’identité sexuelle de l’enfant.

Qu’est-ce que le complexe d’Oedipe?

Selon cette théorie, le complexe d’Oedipe se manifeste par une passion que démontre un enfant pour son parent de sexe opposé. Cette phase survient habituellement entre l’âge de 3 et 6 ans.

Elle peut être vécue de manière plus ou moins intense selon le tempérament de l’enfant ou selon diverses circonstances qui feraient en sorte que le parent de sexe opposé est soit omniprésent dans sa vie, soit absent. Ainsi, cette phase peut passer inaperçue chez un enfant ou se manifester de façon plus marquée chez un autre.

S’il vit dans une famille monoparentale, homoparentale ou même traditionnelle, il est possible qu’un enfant vive son complexe d’Oedipe avec une autre personne significative de son entourage. Cela peut être son beau-père ou sa belle-mère, sa tante, son parrain, son éducatrice à la garderie, etc.

Début du complexe d’Oedipe

Le complexe d’Oedipe apparaît généralement vers l’âge de 3 ans. C’est à cet âge que l’enfant commence à prendre plaisir à remarquer la différence entre lui et les autres, comme la particularité des cheveux, des yeux et de la peau.

Il se montre alors particulièrement curieux à l’égard de la nudité. Il remarque les parties génitales des autres enfants, de ses parents, et il n’hésite pas à montrer les siennes. L’un de ses grands plaisirs est alors, à l’heure du bain, de parader nu. Il se demande aussi d’où viennent les bébés et, plus tard, comment on les fait.

C’est également entre 3 et 6 ans que l’enfant cherche à exercer son pouvoir sur les autres, en commençant par ses parents. Il manifeste son désir de plaire, de posséder, de s’opposer et de rejeter (ex. : « Tu n’es plus mon ami. »). Durant cette phase, la préférence pour le parent de l’autre sexe l’amène d’ailleurs à exclure le parent du même sexe. L’enfant exerce alors son pouvoir de séduction sur le parent qui est l’objet de son amour, et son pouvoir de rejet sur le parent qui est son rival.

C’est autour de l’âge de 4 ans, lorsque le langage a bien évolué, qu’on peut entendre la petite fille déclarer d’un ton ferme et sans appel : « Non, pas toi, maman! Je veux papa! » Et le petit garçon : « Tu es belle maman… je suis ton amoureux! » Certains tout-petits iront même jusqu’à affirmer vouloir se marier avec leur parent et même avoir des bébés avec lui.

L’enfant ressent toutefois des sentiments contradictoires envers le parent du même sexe : il le voit comme un rival, qu’il voudrait voir disparaître pour mieux prendre sa place, et en même temps, au-delà de ses envies, il l’aime beaucoup.

Fin du complexe d’Oedipe

Le complexe d’Oedipe prend fin tout naturellement autour de l’âge de 6 ans. À cet âge, l’enfant commence à prendre en compte les modèles de vie en société et à bien intégrer l’importance des règles et des interdits. Il comprend tout simplement qu’il est interdit de se marier avec sa maman ou son papa. Il renonce alors tout spontanément à ses envies.

Par ailleurs, à cet âge, l’enfant démontre une plus grande ouverture aux autres et il accorde plus d’importance à ses amitiés. Petit à petit, il s’identifie à ce que c’est d’être un garçon ou une fille et adopte des comportements qui y sont associés.

L’hostilité envers le parent rival se transforme alors en admiration. L’enfant ressent une attirance vers ce parent et s’identifie désormais à lui, par exemple en se peignant et en se maquillant comme sa maman, pour la petite fille, ou en s’habillant comme son papa, pour le petit garçon.

Origine du complexe d’Oedipe
C’est Freud, le père de la psychanalyse, qui a introduit en 1899 la théorie du complexe d’Oedipe, inspiré de la mythologie grecque. La légende d’Oedipe, roi de Thèbes, raconte comment il en est venu à tuer son père, sans le savoir, à se marier avec sa mère, toujours sans le savoir, et à lui faire des enfants.

Comment réagir au complexe d’Oedipe?

Voici comment vous pouvez aider votre enfant à résoudre les conflits associés au complexe d’Oedipe.

  • Montrez-vous compréhensif et bienveillant lors des élans d’amour ou de rejet de votre enfant à votre égard, tout en évitant de céder à ses désirs.
  • Remettez gentiment les choses au clair : « Mon amoureux, c’est ton papa / Mon amoureuse, c’est ta maman. » Puis : « Plus tard, toi aussi tu auras un amoureux ou une amoureuse. Vous pourrez alors vous embrasser sur la bouche, comme maman/papa et moi. » Il est important que votre enfant entende ce discours de ses deux parents.
  • Si votre enfant essaie de vous éloigner de votre partenaire lorsque vous l’enlacez, dites-lui qu’il est normal que vous vous colliez, car vous êtes des amoureux.
  • Assurez-vous que vous et votre partenaire êtes impliqués dans les activités quotidiennes à tour de rôle, tout particulièrement durant la période du complexe d’Oedipe. Évitez qu’un parent ait l’exclusivité du moment du coucher. Et surtout, ne tombez pas dans le piège de laisser votre enfant décider quel parent s’occupe de lui. Dites-lui par exemple : « Ce soir, maman donne le bain, et demain c’est papa. » Donnez-lui la chance de se sentir tout aussi heureux de vivre chacun de ces moments avec sa mère comme avec son père.
  • Ne vous fâchez pas devant les attitudes de séduction ou d’opposition de votre tout-petit. Même s’il refuse vos consignes pour préférer celles de votre partenaire, il est inutile de vous remettre en question. Il s’agit de désirs enfantins.
  • Ne riez pas de ses tentatives de séduction et ne le laissez pas croire que ses désirs sont réalisables. Une telle attitude entretiendrait une confusion de rôles au sein de la famille, l’encourageant à poursuivre ses tentatives de séduction. De plus, s’imaginer qu’il peut réussir à épouser son parent pourrait inquiéter votre enfant et l’amener à craindre de perdre l’amour du parent qu’il repousse.
  • Évitez que votre enfant développe une relation exclusive avec vous ou avec votre partenaire, en mettant à l’écart votre partenaire ou en vous retirant vous-même. Cela pourrait nuire à la résolution du complexe d’Oedipe. En effet, en restant pris dans une relation exclusive avec l’un de ses parents, l’enfant aura du mal à s’individualiser et à développer des relations amoureuses saines au moment de l’adolescence et de l’âge adulte.
  • Encouragez les activités père-fils et mère-fille, car il est souhaitable que votre enfant puisse développer une relation positive et significative avec chaque parent. Cela permettra une résolution du complexe d’Oedipe plus harmonieuse lorsque viendra le temps de s’identifier au parent du même sexe que lui.
  • Aidez-le à avoir des repères dans votre famille qui lui font comprendre qu’il est encore un enfant. Vous pouvez dire, par exemple : « Entre un parent et un enfant, on ne peut pas s’aimer comme des amoureux. Tu ne peux pas et tu ne pourras jamais être mon amoureux. » Ou : « Je ne te permets pas de m’embrasser sur la bouche; je le permets juste à ton papa. »
  • Montrez-vous sensible aux gestes de votre enfant lorsqu’il cherche à affirmer son identité. Ainsi, n’hésitez pas à le complimenter. Cette attitude encourageante lui permettra d’être fier de son identité sexuelle.
  • Rassurez votre enfant en lui disant tout l’amour que vous avez pour lui et toute la fierté que vous éprouvez à le voir grandir. Et comme vous, un jour, il pourra lui aussi choisir un amoureux ou une amoureuse.
  • Même si l’attitude de votre enfant vous fait de la peine, ne vous laissez pas atteindre par son rejet. Par contre, ne lui donnez pas l’impression qu’il peut vous dire des paroles blessantes. Assurez-vous de cultiver votre relation avec lui avec des moments de complicité.

 

À retenir

  • Il est normal que votre enfant manifeste des sentiments plus exclusifs envers son parent de sexe opposé entre 3 et 6 ans.
  • Rester rassurant en disant à votre enfant que l’amour d’un parent pour son enfant est très fort, mais aussi très différent de l’amour qu’il a pour son partenaire.
  • Pour de nombreux psychologues, l’étape du complexe d’Oedipe aide le tout-petit à construire son identité féminine ou masculine.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Julie Raymond, M. Ps., psychologue clinicienne, spécialiste du développement de l’enfant
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Décembre 2018

 

Photo : iStock.com/ideabug

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Pour les parents :

  • LETELLIER, Stéphanie. Comment se passe le complexe d’Oedipe dans une famille monoparentale ou homoparentale? 17 décembre 2013. www.vosquestionsdeparents.fr
  • LETELLIER, Stéphanie. Comment se résout ce complexe? 17 décembre 2013. www.vosquestionsdeparents.fr
  • SCHOTTE, Jean-Claude. « Pour une critique de l’Oedipe de Freud », Tétralogiques, n° 20, 2015, p. 77-96. www.tetralogiques.fr

Pour les enfants :

  • SAKAI, Komako. Moi, ma Maman… Genève, La Joie de lire, 2010, 36 p.

Partager

À lire aussi