Parent malade: comment en parler avec son enfant?

Parent malade: comment en parler avec son enfant?
Vous êtes malade ou vous devez aller à l’hôpital? Comment en parler avec votre enfant?


Si vous devez être hospitalisé ou si vous êtes malade en raison d’un cancer ou d’une maladie chronique (ex. : arthrite, diabète, sclérose en plaques), il est important de mettre votre enfant au courant. Voici quelques conseils pour parler avec lui de ce sujet délicat.

Quand en parler?

Il est préférable d’attendre d’être bien renseigné sur la maladie et sur les traitements nécessaires avant d’en parler à votre enfant. Cela vous permettra de mieux expliquer votre condition et de répondre à ses questions. Choisissez un moment tranquille où toute la famille a du temps pour ne pas être pressé.

Si vous en êtes capable, vous devriez aborder le sujet vous-même. Votre partenaire peut compléter vos phrases au besoin, si la nervosité ou l’émotion vous envahit. Il est bon d’annoncer la maladie à tous les enfants de la famille en même temps. Ainsi, même si les plus petits ne comprennent pas tout, ils n’auront pas l’impression d’être mis à l’écart.

Comment s’y prendre?

Il est conseillé de parler de la maladie avec des mots simples. Voici des idées pour vous aider à aborder le sujet.

  • Parlez de symptômes que l’enfant a pu voir et dites quel est le traitement prévu. Ce n’est pas la peine de donner beaucoup de détails. Par exemple, vous pouvez dire : « Tu sais que j’ai de la difficulté à marcher parce que j’ai mal au genou? Le docteur va m’opérer pour soigner mon bobo. » Vous pouvez aussi dire : « Tu as vu que j’avais très mal au dos ces temps-ci. C’est à cause d’une maladie qui s’appelle l’arthrite. Je vais prendre des médicaments pour avoir moins mal. »
Un enfant s’adapte mieux aux changements quand on lui explique bien comment les choses vont se passer.
  • Privilégiez aussi des explications simples pour le cancer, qui ne se voit pas. Vous pouvez dire : « J’ai trouvé une bosse dans mon sein. Le médecin m’a dit que c’était un bobo qui s’appelle le cancer. Je vais aller à l’hôpital prendre des médicaments qui vont m’aider à guérir. »
  • Invitez votre l’enfant à poser des questions. Cela vous permet de comprendre ce que votre enfant a besoin de savoir.
  • Revenez sur le sujet le lendemain ou quelques jours plus tard pour demander à votre enfant s’il y a des choses qui l’inquiètent. L’enfant peut avoir peur d’être abandonné. Il a donc besoin de savoir qu’il y aura toujours quelqu’un pour prendre soin de lui.

Gardez la routine

Durant votre maladie et vos traitements, essayez autant que possible de garder les mêmes routines pour votre enfant. Vous pouvez aussi lui dire à l’avance comment les choses vont se passer, afin de le rassurer. Par exemple, dites-lui : « Pendant que papa va être à l’hôpital, c’est grand-maman qui va aller te chercher à la garderie. »

Si votre enfant doit se faire garder, il est aussi préférable que cela se passe chez vous. Comme ça, il restera dans ses affaires et il sera moins perturbé par votre situation.

Comment rester proche de votre enfant?

Si vous devez garder le lit ou que vous êtes à l’hôpital, voici quelques idées pour maintenir le lien avec votre enfant.

  • Invitez votre tout-petit dans votre lit pour lui lire une histoire, le bercer ou écouter une émission ensemble.
  • Faites des activités calmes avec lui comme un casse-tête, du dessin ou un jeu de société.
  • Apportez une photo, un dessin ou un toutou de votre enfant, si vous êtes à l’hôpital, et laissez-lui un de vos vêtements, comme un chandail, pour qu’il garde votre odeur.
  • Participez à la routine du dodo même de l’hôpital, en appelant votre tout-petit pour lui chanter une chanson et lui dire bonne nuit.
N’ayez pas peur des émotions
Si votre enfant vous surprend en train de pleurer, le mieux est d’expliquer votre peine. Par exemple, dites : « Maman pleure parce qu’elle a mal » ou « Papa pleure parce qu’il est tanné d’être malade. » Cela va rassurer votre enfant, car ce qui l’inquiète davantage c’est de ne pas comprendre pourquoi vous pleurez. Essayez aussi de mettre des mots sur ses émotions. Par exemple : « Je comprends que tu sois triste parce que j’ai moins de temps pour jouer avec toi. » Le simple fait de nommer ses émotions pourrait apaiser votre enfant.

À retenir

  • Il est important d’utiliser des mots simples pour annoncer la maladie et d’inviter l’enfant à poser ses questions.
  • Pensez à garder les mêmes routines avec votre enfant malgré la maladie pour le rassurer.
  • Le parent malade peut garder le lien avec son enfant en faisant des activités plus calmes avec lui.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Julie Vadeboncoeur, psychologue en oncologie
Recherche et rédaction :
Équipe Naître et grandir
Juin 2017

 

Photo : GettyImages/FatCamera

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Pour les parents

  • BOUFFARD, Mélanie et Julie VADEBONCOEUR. Une personne que j’aime a le cancer. Éditions Midi Trente, 2014, 64 p.
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DU CANCER. L’enfant et l’adolescent face au cancer d’un parent. http://www.cancer.ca
  • ST-AMOUR, Line. Luron et Zébulon : l’enfant face à la maladie grave d’un parent. Les Éditions Un mode différent, 2013, 144 p.

Pour les enfants

  • ALTERMAYER, Antonia. Mon papa est malade. Éditions Le buveur d’encre, 2015, 26 p.
  • MARLEAU, Brigitte. Le loup est malade. Boomerang éditeur jeunesse, 2010, 24 p.
  • ST-AMOUR, Line. Luron apprivoise les forces de l’espoir. Éditions Un monde différent, 2013, 32 p.

 

À lire aussi