L'enfant qui a un parent préféré

L'enfant qui a un parent préféré
Alors qu’il n’en avait que pour sa mère, il semble maintenant préférer son père. Comment réagir?


Il arrive qu’un enfant développe une préférence pour un de ses parents. Cela survient généralement vers l’âge de 2 ans et peut durer jusqu’à 5 ou 6 ans. La plupart des enfants alternent : ils ont des périodes où ils préfèrent un parent plutôt que l’autre, ensuite c’est l’autre qui devient leur parent préféré. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette situation.

Pourquoi mon enfant a-t-il un parent préféré?

Parfois, c’est la manière dont les parents agissent avec l’enfant qui est en cause. Par exemple, il arrive qu’un des parents réponde plus affectueusement aux besoins et aux demandes de l’enfant. L’enfant est alors attiré davantage vers le parent affectueux. D’une manière générale, un tout-petit est aussi spontanément attiré par le parent qui lui est le plus empathique. C’est-à-dire celui qui est capable de se mettre à sa place, de le décoder et de le comprendre.

Si un parent a du mal à s’attacher à l’enfant ou qu’il se sent peu sûr de lui dans son rôle, cela peut également faire en sorte que l’enfant se sente plus en sécurité avec l’autre parent. De plus, quand un parent ne prend pas plaisir à jouer ou à passer du temps avec son enfant, ce dernier le ressent et préfère être avec l’autre parent.

D’autres fois, c’est une question d’affinités naturelles. L’enfant se tourne vers le parent avec qui il a des intérêts communs.

Le complexe d’Œdipe
À partir de 3 ou 4 ans, un enfant peut vivre une passion exclusive vis-à-vis de son parent du sexe opposé. Il s’agit d’une étape normale du développement des enfants appelée le complexe d’Œdipe. Cette passion pour le parent de l’autre sexe amène d’ailleurs souvent le tout-petit à exclure l’autre parent. Pour en savoir plus, consultez notre fiche L’enfant amoureux de son parent.

Comment réagir?

Cette situation n’est pas facile à vivre ni pour le parent mis à l’écart ni pour le parent chouchou. Le parent mis à l’écart peut en effet avoir l’impression de ne pas être à la hauteur et se sentir rejeté ou abandonné par son enfant. De son côté, le parent préféré peut être épuisé parce qu’il est toujours demandé par son tout-petit. Toutefois, pour développer sa personnalité, votre enfant a besoin de l’attention et de l’affection de ses deux parents (quand les deux parents sont présents dans la vie de l’enfant).

Voici des conseils pour vous aider à gérer la situation :

  • Manifestez votre amour. Lorsque votre enfant vous repousse, ne le forcez pas à vous faire un câlin. Dites-lui plutôt que vous êtes là pour lui et que vous l’aimez. Vous pouvez aussi transformer la situation en jeu en essayant de l’attraper et de le chatouiller, pourvu que l’enfant s’amuse, rit et que vous ne le forcez pas. De plus, s’il se décide à vous faire un câlin, ne lui reprochez pas qu’il ne vous en fait pas assez ou que ça fait longtemps.
Si vous êtes le parent repoussé, ne pensez pas que vous êtes un mauvais parent. Continuez à faire des activités avec votre enfant pour nourrir votre relation.
  • Intéressez-vous aux activités qui amusent votre enfant. Proposez-lui de faire ensemble des jeux qu’il aime même si vous les appréciez moins. C’est une bonne façon d’apprendre à mieux connaître votre tout-petit et à développer votre relation.
  • Faites chaque jour une activité avec votre tout-petit. Vous pourriez jouer ou cuisiner avec lui, lui lire une histoire, le bercer ou lui raconter des blagues. Ces activités contribueront à enrichir le lien qui vous unit. Cela pourrait aussi diminuer l’effet de préférence.
  • Essayez de faire preuve d’empathie en vous mettant à la place de votre enfant. S’il sent que vous le comprenez, votre tout-petit aura davantage tendance à se tourner vers vous.
  • Exprimez vos émotions en parlant avec votre partenaire. Il est normal que la situation fasse de la peine au parent qui est boudé par l’enfant. Mais inutile d’en vouloir à l’autre parent. Cela créerait des tensions dans votre couple. Le mieux est de parler de vos sentiments (ex. : peine, impuissance, frustration, rejet, abandon) avec votre partenaire, et non avec votre enfant.
  • Faites équipe dans l’éducation. Comme parents, mettez-vous d’accord sur les règles à appliquer avec votre enfant. Cela lui procure un sentiment de sécurité. Cela évitera aussi qu’un parent soit vu comme le « méchant » et l’autre comme le « gentil ». Il est également important que le parent préféré donne la chance à l’autre de prendre sa place.
  • Partagez la routine. Par exemple, un soir, c’est papa qui lit l’histoire avant le dodo et, le lendemain, c’est maman. Cela permet à votre enfant de créer des liens avec ses deux parents. S’il proteste ou s’il pleure, il est recommandé de ne pas céder. Votre tout-petit doit apprendre à accepter que ce ne soit pas toujours son parent préféré qui s’occupe de lui.
Garde partagée : que faire quand il préfère l’autre parent?
Vous êtes séparés et votre enfant souhaite toujours aller chez son autre parent? Il ne sert à rien de vous culpabiliser. Évitez aussi de céder à toutes les demandes de votre tout-petit pour améliorer la situation. Continuez plutôt à passer de bons moments avec lui lorsqu’il est avec vous pour développer votre complicité et bâtir une relation d’amour et de confiance. Avec le temps, la situation devrait s’améliorer. Si ce n’est pas le cas, il faut essayer de comprendre ce que votre enfant exprime par ce comportement pour trouver des solutions. N’hésitez pas à aller chercher de l’aide auprès de vos proches (ex. : famille, amis) ou d’un professionnel (ex. : psychologue, travailleur social) pour parler de vos émotions et trouver des moyens d’améliorer la situation.

 

À retenir

  • L’enfant est naturellement attiré vers le parent affectueux et celui qui est capable de se mettre à sa place, de le décoder et de le comprendre.
  • Faire des activités avec son enfant permet au parent mis à l’écart d’enrichir le lien qui les unit et, peut-être, de réduire la préférence pour l’autre parent.
  • L’enfant doit apprendre à accepter que ce ne soit pas toujours son parent préféré qui s’occupe de lui.

 

Naître et grandir

Révision scientifique : Nathalie Parent, psychologue, autrice et conférencière
Recherche et rédaction :Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Septembre 2020

 

Photo : iStock.com/Geber86

 

Ressources et références

  • DESLAURIERS, Stéphanie. Le bonheur d’être un parent imparfait. Laval, Guy Saint-Jean éditeur, 2017, 192 p.
  • FERLAND, Francine. Le développement de l’enfant au quotidien. 2e éd., Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2018, 264 p.
  • GAUTHIER, Yvon et autres. L’attachement, un départ pour la vie. Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2020, 140 p.
  • RACINE, Brigitte. L’autorité au quotidien. Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2018, 288 p.
  • HAMEL, Marie-Julie et Nathalie PARENT. L’enfant dérangeant. Québec, Éditions Midi Trente, 2016, 143 p.

 

Partager

À lire aussi