L'enfant qui ne parle pas encore

L'enfant qui ne parle pas encore
Comment se fait-il qu’il ne parle pas encore? Est-ce normal? Comment l’encourager à s’exprimer?


La plupart des enfants disent leur premier mot entre 10 et 16 mois et font des phrases courtes à l’âge de 2 ans. Toutefois, certains tout-petits commencent à parler un peu plus tard, sans que cela soit inquiétant.

Pourquoi ne parle-t-il pas encore?

Certains enfants apprennent les bases de la communication avant de s’exprimer avec le langage. Par exemple, ils regardent dans les yeux, font des sons à tour de rôle avec l’adulte, pointent ce qu’ils désirent et comprennent plusieurs mots avant d’en dire eux-mêmes. Ces tout-petits ont simplement besoin de plus de temps que les autres avant de parler, comme d’autres ont besoin d’un peu plus de temps avant de marcher.

D’autres enfants ressentent moins le besoin de s’exprimer avec des mots, notamment ceux qui ont des frères et des soeurs plus âgés. En effet, ces tout-petits peuvent laisser parler les plus grands à leur place. D’autres ne perçoivent pas la nécessité de parler parce que leurs parents répondent bien à leurs besoins sans qu’ils les expriment verbalement.

Cela ne signifie pas que les enfants qui parlent plus tard auront moins d’habiletés langagières que les autres. Jusqu’à la moitié des enfants de 2 ans qui parlent très peu auront le même niveau de langage que les autres enfants à l’âge de 4 ou 5 ans. Un faible pourcentage d’enfants présentera des difficultés langagières persistantes.

Si votre enfant essaie de communiquer d’une manière ou d’une autre (par exemple, par des gestes) et qu’il comprend bien les consignes, ce n’est pas grave s’il tarde un peu à parler.

Le saviez-vous?
Une séquence de sons qui ressemble à celle utilisée par les adultes pour désigner toujours le même objet, la même personne ou le même événement est aussi considérée comme un mot.

Comment encourager votre enfant à parler

  • Parlez à votre enfant chaque fois que vous êtes ensemble. Au quotidien, parlez de ce que vous faites et de ce qu’il fait, et nommez tout ce qui l’intéresse.
  • Écoutez attentivement votre enfant. Placez-vous à sa hauteur de manière à le regarder dans les yeux quand il s’exprime. Prêtez attention à toutes ses tentatives de communication, y compris lorsqu’il utilise des gestes, et même des sourires.
  • Faites des pauses et n’utilisez pas un débit trop rapide lorsque vous parlez à votre tout-petit. Cela lui donne le temps de comprendre ce que vous dites et, surtout, l’occasion de réagir.
  • N’allez pas au-devant des besoins de votre enfant : laissez-lui vous demander un objet ou vous dire qu’il veut encore manger ou jouer.
  • Essayez de deviner ce que votre enfant essaie de vous dire par ses gestes et ses sons afin de pouvoir mettre des mots sur ses tentatives de communication.
  • Imitez les gestes, les bruits et les sons qu’il fait afin qu’il comprenne que ce qu’il exprime vous intéresse.
  • Faites vous-même plusieurs bruits (par exemple les bruits des animaux, des moyens de transport, etc.). Votre enfant pourrait vouloir vous imiter. Une fois qu’il aura pris cette habitude, il voudra éventuellement imiter vos mots aussi.
  • Essayez d’être expressif, de jouer avec le ton de votre voix et de parler un peu plus aigu que d’habitude. Il est démontré que cette façon de s’adresser à un enfant l’intéresse davantage.
  • Faites des gestes pour aider à la compréhension des mots nouveaux. Les gestes ne sont toutefois plus nécessaires une fois que votre enfant comprend ces mots.
  • Quand vous jouez avec lui, laissez-le diriger le jeu et nommez les objets avec lesquels vous vous amusez ensemble. Accordez une attention particulière à ce qui l’intéresse le plus : c’est ce qu’il voudra nommer en premier.
  • Mettez l’accent sur les phrases et les mots importants en les articulant clairement afin que votre enfant puisse bien les saisir.
  • Encouragez votre enfant à parler en lui posant des questions simples auxquelles il peut répondre par un geste ou un mot comme les questions « Où? » et « Qui? ».
  • Chantez des bouts de comptines ou racontez des bouts d’une histoire qu’il connaît bien et arrêtez-vous à un mot afin qu’il dise la suite s’il en est capable.
  • Lisez-lui souvent des livres pour enfants.
  • Essayez de ne pas manifester de frustration lorsque votre enfant pleure ou chigne pour s’exprimer, même si c’est difficile. Mettez plutôt des mots sur ses tentatives de communication.

Quand consulter?

Si à l’âge de 18 mois votre enfant ne semble pas désireux de communiquer, s’il n’utilise pas de gestes pour communiquer (comme pointer) ou s’il semble éprouver de la difficulté à comprendre ce que vous lui dites, parlez-en avec son médecin ou communiquez avec l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec.

 

À retenir

  • Certains enfants parlent après 16 mois sans que ce soit inquiétant.
  • Avant 2 ans, le plus important est que l’enfant cherche à communiquer et qu’il comprenne de petits mots ou des consignes simples.
  • Plusieurs enfants qui parlent plus tard ne voient simplement pas la nécessité de parler. Une bonne solution est de ne pas aller au-devant des besoins de l’enfant.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Marie-Ève Bergeron-Gaudin, M. Sc., orthophoniste
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Juillet 2018

 

Photo : iStock.com/Jennifer_Sharp

 

Ressources et références

  • BERGERON-GAUDIN, Marie-Ève. J’apprends à parler : le développement du langage de 0 à 5 ans. Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2014, 180 p.
  • DAVIAULT, Diane. L’émergence et le développement du langage chez l’enfant. Montréal, Chenelière Éducation, 2011, 256 p.
  • PEPPER, Jan et Elaine WEITZMAN. Parler, un jeu à deux : un guide pratique pour les parents d’enfants présentant des retards dans l’acquisition du langage. Toronto, The Hanen Program, 2004, 170 p.
  • RESCORLA, Leslie A. et Philip. S. DALE. Late Talkers: Language development, Interventions, and Outcomes. Baltimore, Brookes Publishing Co, 2013, 416 p.

À lire aussi