Pour faciliter les fêtes de famille

Pour faciliter les fêtes de famille
Les nombreuses réunions familiales du temps des fêtes peuvent être difficiles pour certains parents. C’est votre cas? Voyez comment les rendre plus agréables.

Les nombreuses réunions familiales du temps des fêtes peuvent être difficiles pour certains parents. C’est votre cas? Voyez comment les rendre plus agréables.

Le temps des fêtes est une période de réjouissances qui vient toutefois avec plusieurs responsabilités supplémentaires : décorer, acheter des cadeaux, prévoir les repas ainsi que les sorties dans la famille et chez les amis. « Il y a plus de tâches à faire, mais pas plus d’heures dans la journée pour tout faire. Il est donc important d’avoir des attentes réalistes envers vous et votre enfant. Cela vous permettra de diminuer la pression, la fatigue et le stress causés par un emploi du temps surchargé », fait remarquer la coach familiale Laithicia Adam.

Quand le stress s’en mêle

À cela s’ajoute le stress des réunions familiales. Certains parents redoutent en effet les tensions au sein de leur famille ou les questions de certaines personnes sur le comportement de leur enfant. « Si les réunions familiales vous stressent, essayez de déterminer plus précisément la situation qui vous perturbe. Cela vous permettra de réfléchir à une façon de gérer cette situation avec tact », conseille le Dr Nicolas Chevrier, psychologue.

Il explique : « Si vous redoutez un souper à cause d’une tante, par exemple, vous pouvez simplement limiter les échanges avec elle. » Par contre, pour un problème plus important, si vous trouvez que votre frère fait des commentaires sur la façon dont vous élevez votre enfant, par exemple, mieux vaut lui en glisser un mot lors d’un tête-à-tête avant la réunion familiale. À cette occasion, vous pouvez lui dire ce que vous ressentez lorsqu’il commente vos façons de faire.

Cela dit, il vous faudra peut-être lâcher prise sur les comportements de certains membres de votre famille qui vous dérangent. Mais attention, lâcher prise signifie accepter que tout ne se passe pas comme vous l’aimeriez. Cela ne veut pas dire pour autant que vous devez accepter ce qui est inacceptable, comme les remarques déplacées ou l’agressivité. Dans ces situations, mieux vaut établir calmement vos limites en disant, par exemple : « J’ai l’impression que tu t’emportes. J’aimerais que l’on se parle plus calmement. »

Vous gagnerez à ne pas penser seulement aux personnes qui vous dérangent. Portez plutôt attention à celles avec qui vous vous entendez bien ainsi qu’à celles avec qui votre enfant a du plaisir. N’oubliez pas non plus qu’il n’y a pas que les réunions de famille durant le temps des fêtes. Il y a aussi des journées plus calmes. D’ailleurs, il est bon d’alterner les grosses réunions familiales et les jours de repos pour recharger vos batteries.

 

Photo : GettyImages/ManonAllard

 

Naitre et grandir.com

Source: magazine Naître et grandir, décembre 2018
Recherche et rédaction:
Amélie Cournoyer
Révision scientifique:
Annie Goulet, psychologue