15 trucs de pros pour économiser à l’épicerie

15 trucs de pros pour économiser à l’épicerie

Avoir en main sa liste d’épicerie et ses coupons, c’est un bon point de départ pour économiser et éviter les achats de trop au supermarché. Voici d’autres trucs de « pros » pour vous aider à faire baisser votre facture d’épicerie.

« Prenez une photo de l’intérieur de votre frigo avec votre téléphone. »

Une fois à l’épicerie, cela vous aidera à garder le cap pour acheter seulement le nécessaire. Dans les rayons, lorsque vous vous demandez s’il reste de la mayonnaise ou du yogourt, par exemple, vous avez la réponse en un coup d’oeil et vous évitez ainsi d’acheter des choses dont vous n’avez pas besoin pour le moment.

Alexandre Diaz,
coanimatrice de Cuisine futée, parents pressés

« Regardez les petites étiquettes sur les tablettes. »

Les petits caractères inscrits sur les étiquettes sur les tablettes sont très utiles pour connaître le prix au poids du produit et pas seulement son prix total. Le prix pour 100 g ou pour 100 ml y est souvent inscrit. Quand les formats sont différents, c’est le meilleur moyen de comparer le prix des produits et donc d’économiser.

Martine Gingras,
auteure du blogue Banlieusardises

« Méfiez-vous des étiquettes rouges. »

Soulevez l’étiquette du rabais pour vérifier le prix original et ainsi savoir s’il s’agit d’une vraie économie ou de seulement quelques sous (et parfois rien du tout). Les étiquettes de couleur ne servent souvent qu’à attirer votre attention. Méfiez-vous également des offres du genre « 2 pour 5$ ». Elles sont présentées comme des rabais, mais elles servent en fait à vous pousser à acheter davantage. Bien souvent, le prix à l’unité est simplement la moitié (2,50$ dans cet exemple).

Johane Despins,
coanimatrice de L’Épicerie

« Évitez les aliments qu’on a coupés, pelés ou râpés pour vous. »

Plutôt que d’acheter des petites carottes prêtes à manger ou un fruit déjà coupé, optez pour des légumes et des fruits que vous arrangerez vous-même. De même, achetez un bloc de fromage que vous râperez. Ce sont des tâches simples qui permettent d’économiser, car les aliments préparés coûtent plus cher et sont souvent de moins bonne qualité.

Hélène Laurendeau,
nutritionniste, auteure et chroniqueuse

« Étirez les protéines. »

Ce sont souvent les protéines (viandes et poissons surtout) qui font monter le prix de la facture d’épicerie. Qui a les moyens de cuisiner un bon morceau de boeuf pour quatre toutes les semaines? Vous! En effet, vous pourrez le faire si vous « étirez » les protéines avec d’autres ingrédients. Un steak, par exemple, ça ne nourrit pas une famille, mais s’il est servi dans une soupe asiatique avec des nouilles et des légumes, oui. Ou encore une livre de poisson ajoutée à une béchamel et servie en lasagne avec des légumes…

Ricardo Larrivée,
chef, animateur et auteur de livres de recettes

« N’oubliez pas que c’est le gaspillage qui coûte le plus cher.  »

À la maison, certains jettent plusieurs centaines de dollars d’aliments chaque année. Évitez d’acheter simplement pour profiter d’un rabais. Si vous jetez l’aliment, vous n’aurez rien économisé! Achetez plutôt des légumes qui serviront pour plusieurs recettes. Apprendre à bien estimer vos besoins est le truc numéro 1 pour diminuer le gaspillage.

Bernard Lavallée,
auteur du blogue Le nutritionniste urbain

« Prenez uniquement les quantités dont vous avez besoin»

À l’épicerie, vous pouvez, par exemple, préparer un petit sac de raisins à partir d’un gros ou prendre le nombre de bananes qui répond à vos besoins. Il pourrait aussi être plus avantageux pour vous de choisir les pommes de terre ou les haricots en vrac, plutôt que ceux déjà emballés. Pour la viande, si les quantités sont trop grosses, demandez à une personne de la boucherie de vous faire une plus petite portion.

Denis Gagné,
coanimateur de L’Épicerie

« Apportez de l’argent comptant et laissez les cartes bancaires à la maison. »

Le meilleur moyen de respecter votre budget est de dresser une liste à partir des circulaires, de noter le nom et le prix des aliments, puis de calculer le total. En apportant uniquement le montant nécessaire à l’épicerie, il est plus facile de respecter votre liste.

Olga Cherezova,
conseillère budgétaire à l’ACEF de l’Est de Montréal

« Pensez aux oeufs aussi pour le dîner et le souper»

Les oeufs se cuisinent à toutes les sauces et sont d’excellents dépanneurs. Omelette, frittata, quiche, burritos : il existe de très nombreuses recettes simples et économiques à base d’oeufs. En plus, ils sont une excellente source de protéines.

Bob le Chef,
chef, chroniqueur et auteur de livres de recettes

« Choisissez bien les contenants de lait et n’achetez pas de bouteilles d’eau»

Achetez du lait ordinaire dans des contenants ordinaires, car c’est celui dont le prix est réglementé. Le lait microfiltré, aromatisé ou vendu dans des contenants munis de bouchons est plus cher. Ne dépensez pas non plus pour des bouteilles d’eau. À moins d’un problème connu, l’eau du robinet est sécuritaire. D’ailleurs, plusieurs de ces bouteilles contiennent de l’eau… du robinet. En plus d’être chères, les bouteilles d’eau polluent.

Josée di Tomasso,
chargée de projets au Centre d’entraide Racine-Lavoie de Saint-Eustache

« Dressez une liste de prix bons pour vous. »

Faites une liste des produits que vous achetez souvent et indiquez leur prix quand ils sont en rabais. Lorsque le produit qui vous intéresse sera en rabais, vous pourrez ainsi savoir plus facilement s’il s’agit d’une grosse économie dont vous devriez profiter.

Pierre-François Legendre,
comédien et porte-parole pour la Fondation OLO

« Donnez une chance aux marques maison. »

Les produits de marques maison coûtent moins cher que ceux de marques connues, car vous ne payez pas pour le marketing. Ils sont souvent de qualité équivalente et sur le plan nutritionnel, ils sont parfois même meilleurs. Même des chefs en utilisent!

Nathalie Côté,
rédactrice en chef du site Économies et cie

« Soyez flexible. »

Adaptez vos recettes pour profiter des aliments moins chers. Par exemple, achetez des pilons de poulet plutôt que des poitrines, choisissez entre la truite et le saumon selon ce qui coûte le moins cher ou prenez le brocoli au lieu des pois mange-tout. Vos recettes seront aussi bonnes! Profitez aussi des fruits et des légumes de saison! Aussi, avant de passer à la caisse, faites une évaluation de votre panier. Par exemple, demandez-vous s’il contient ce dont vous avez vraiment besoin et si les aliments frais y sont plus nombreux que les aliments transformés. Au besoin, rapportez ou remplacez quelques aliments. Ce temps d’arrêt pourrait vous faire économiser plusieurs dollars.

Geneviève O’Gleman,
nutritionniste et coanimatrice de Cuisine futée, parents pressés

« Économisez sur la viande. »

Improvisez-vous boucher! En effet, il est plus économique d’acheter des hauts de cuisses de poulet non désossés et de les désosser vous-même ou de faire des cubes de boeuf à partir d’un rôti de palette. Un autre excellent moyen d’économiser sur la viande est… d’en acheter moins! Mélangez la viande avec des lentilles, des haricots noirs, des pois chiches, ou cuisinez des mets végétariens.

Geneviève Doray,
directrice Naître et Grandir

« Demandez un bon différé»

Les magasins sont obligés d’avoir un inventaire de produits suffisant lorsqu’ils annoncent un rabais. Si la tablette est vide, demandez un bon différé à la caisse. Ce bon vous permet d’obtenir le rabais lors de votre prochaine visite à l’épicerie, même si la promotion est terminée.

Suzanne Lepage,
nutritionniste, Dispensaire diététique de Montréal

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, septembre 2017
Rédaction : Stéphanie Côté, nutritionniste

 

Crédits photographiques (dans l'ordre) : Maude Chauvin, Radio-Canada, Jocelyn Michel, Radio-Canada, L'Anarchie culinaire, Georges Dutil, Maude Chauvin