Des réponses à vos questions

Des réponses à vos questions
Vous vous posez des questions sur l’éveil à la sexualité de votre enfant? Voici des réponses à quelques questions courantes.

Vous vous posez des questions sur l’éveil à la sexualité de votre enfant? Voici des réponses à quelques questions courantes.

Pourquoi mon bébé a-t-il souvent des érections?

« Il n’y a aucune signification sexuelle derrière cela, assure la sexologue Mélanie Guérard. C’est simplement une réaction naturelle au toucher ou au frottement qui arrive, par exemple, lors du bain ou du changement de couche. » Un petit garçon peut aussi avoir une érection quand il a besoin de faire pipi.

Peut-on faire l’amour dans la même pièce que notre bébé?

Plusieurs parents partagent leur chambre avec leur nouveau-né pendant un certain temps. La sexologue Mélanie Guérard suggère d’attendre que bébé dorme pour faire l’amour et de le faire le plus discrètement possible, sans bruit. Vous pouvez aussi, tout simplement, changer d’endroit. Et quand l’enfant a autour de 9 mois, il vaut mieux arrêter de faire l’amour dans la même pièce que lui. « Même les tout petits bébés ont conscience de ce qui les entoure. Ils pourraient être perturbés par les mouvements et les bruits de l’acte sexuel », ajoute la psychologue Frédérique Saint-Pierre.

Mon fils de 3 ans demande pourquoi sa soeur n’a pas de pénis. Comment lui répondre?

Voici ce que Kelly, maman de Derek, 3 ans, Rafaell, 5 ans, et Lexie, 19 mois, a répondu quand son fils lui a posé cette question : « Tes soeurs ont une vulve et un vagin. Quand elles grandiront, elles auront aussi des seins comme maman. » C’est ce qu’il faut dire, selon la sexologue Jocelyne Robert. Elle trouve d’ailleurs dommage que certains adultes définissent les filles par ce qu’elles n’ont pas, c’est-à-dire un pénis. « Dire que les filles n’ont pas de pénis est un message négatif. Cela sous-entend que les filles sont des filles parce qu’il leur manque quelque chose. Pourtant, il ne vient à l’idée de personne de dire aux garçons qu’ils sont des garçons parce qu’ils n’ont pas de vagin! »

Mon enfant et ses amis baissent parfois leur culotte quand ils jouent au docteur. Est-ce normal?

Les jeux sexuels sont courants entre 3 ans et 5 ans. Lorsqu’il joue à montrer ses fesses, son pénis ou sa vulve, votre enfant n’a pas d’arrière-pensée sexuelle. Il veut plutôt voir à quel point le corps des autres ressemble au sien ou non. Cette activité est une façon pour lui de se rassurer et de vérifier qu’il est normal. Cela lui confirme aussi son identité de fille ou de garçon, selon la sexologue Jocelyne Robert. Elle ajoute que même si un enfant a déjà vu ses parents nus, il a besoin de se comparer à des enfants de son âge.

Comment réagir si vous surprenez votre enfant et ses amis? Il est important de rester calme. Vous pouvez leur dire que leur curiosité est normale et ajouter que s’ils n’aiment pas ce jeu, ils doivent le dire aux autres. « Profitez-en pour leur dire qu’ils ne doivent jamais jouer à ces jeux avec les grands, même pas ceux de la famille », conseille Jocelyne Robert.

Je veux protéger mon enfant des abus sexuels. Comment m’y prendre?

Vous pouvez lui expliquer que son corps lui appartient et qu’il peut refuser les baisers et les caresses dont il n’a pas envie, même venant d’une personne qu’il aime. Personne n’a le droit de toucher son corps d’une façon qui le met mal à l’aise ou qui le dérange. « Pour cela, il faut l’encourager à être à l’écoute de ce qu’il ressent, dit Mélanie Guérard. Par exemple, vous pouvez lui dire que s’il ne se sent pas bien dans son coeur et dans sa tête, il faut qu’il dise non. »

Vous pouvez aussi apprendre à votre enfant la règle des sous-vêtements : « Personne ne peut toucher les parties de ton corps qui sont couvertes par tes sous-vêtements, sauf maman et papa pour t’aider à te laver et le médecin pour t’examiner. » Vous pouvez aussi l’aider à distinguer les bons des mauvais secrets. Les bons secrets rendent heureux et sont agréables à garder pour soi. Les mauvais rendent triste et font mal dans notre coeur. Ceux-là doivent être racontés à un adulte de confiance.

Parler d’abus sexuel avec votre enfant peut l’aider à être moins vulnérable. Mais rappelez-vous qu’il est trop petit pour assurer lui-même sa sécurité et que c’est votre responsabilité de le protéger. Par ailleurs, comme les abus sexuels sont souvent commis par quelqu’un de l’entourage, la sexologue Jocelyne Robert pense qu’il faut éviter de dire aux enfants que la sexualité et l’amour vont toujours ensemble. « L’enfant est alors mal préparé pour se protéger ou pour dénoncer les abus d’un parent ou d’un ami de la famille qui dit poser ces gestes par amour. »

Si vous avez vous-même subi des abus sexuels dans votre jeunesse, il est peut-être difficile pour vous de mettre en garde votre enfant ou même de parler de sexualité avec lui. Dans ce cas, n’hésitez pas à aller chercher de l’aide auprès d’un professionnel (sexologue, psychologue, travailleur social). Votre CLSC pourra vous diriger vers la bonne ressource.

Devrais-je parler des différentes orientations sexuelles à mon tout-petit?

Votre attitude envers l’homosexualité a une grande influence sur votre enfant. Si vous avez un couple gai dans votre entourage ou si un enfant de la garderie a deux mamans ou deux papas et que c’est normal pour vous, votre enfant trouvera aussi cela normal.

Vous pouvez aussi profiter des situations du quotidien pour en parler. « Par exemple, si vous voyez un couple du même sexe qui s’embrasse, vous pourriez simplement dire à votre enfant : “Un jour, tu seras amoureux toi aussi”, suggère la sexologue Mélanie Guérard. Et si votre enfant demande si deux filles ou deux garçons peuvent être amoureux, il suffit de répondre oui, tout simplement. » En fait, il convient d’en parler lorsque votre enfant vous pose des questions, qu’il démontre un intérêt pour le sujet ou encore lorsque la situation s’y prête.

Que faire si mon enfant est tombé sur une scène de relations sexuelles à la télévision ou sur l’ordinateur?

« Le mieux, c’est de lui dire que vous êtes désolé qu’il ait vu cela, car ce sont des images pour les grandes personnes, suggère la psychologue Frédérique Saint-Pierre. Expliquez-lui que ce sont des caresses qui peuvent se faire entre adultes, mais jamais avec des enfants. » S’il a vu du sexe violent ou hors-norme, il est important de le rassurer en lui disant que ça ne se passe pas comme ça dans la vraie vie. Enfin, il est important de faire attention à ce que cette situation ne se reproduise plus.

Ma fille de 5 ans a un amoureux. Qu’est-ce que ça représente pour elle?

Parfois, l’enfant dit qu’il est amoureux pour imiter les adultes. Il peut aussi ressentir réellement un attachement particulier pour un autre enfant. Dans ce cas, il est plus attaché à cet ami ou « amoureux » qu’à ses autres amis. « C’est en quelque sorte une première forme d’amour, mais sans but sexuel, explique Frédérique Saint-Pierre. Les deux enfants se sentent bien ensemble, ils s’amusent et ont l’impression d’être spécial l’un pour l’autre. »

Vous pourriez demander à votre enfant pourquoi il croit être amoureux. Écoutez-le sans rire de lui ni diminuer l’importance de ce qu’il vit. Même s’il est encore petit, son sentiment est vrai. Par contre, il n’y a pas lieu d’en parler tout le temps ni d’imaginer sa relation dans le futur. D’ailleurs, il est même préférable d’éviter d’utiliser le mot « amoureux ». Comme les amours entre enfants durent rarement longtemps, cela évitera que votre tout-petit ait une trop grosse peine quand la « rupture » aura lieu.

 

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, avril 2017
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand
Révision scientifique : Geneviève Parent, sexologue, psychothérapeute et conseillère parentale

 

Photo : GettyImages/Evgeniiand

Partager