Comment faire un bon choix?

Comment faire un bon choix?

Votre enfant joue avec ses jouets parce qu’il aime ça. Mais, en plus d’être amusants, les jouets sont de véritables outils d’apprentissage! Et bonne nouvelle: les jouets les plus simples sont souvent les meilleurs.

Votre enfant joue avec ses jouets parce qu’il aime ça. Mais, en plus d’être amusants, les jouets sont de véritables outils d’apprentissage! Et bonne nouvelle : les jouets les plus simples sont souvent les meilleurs.

Tous les jouets peuvent apprendre quelque chose à votre tout-petit. « Le simple fait de jouer permet à votre enfant de faire des apprentissages et de renforcer des compétences », souligne Rolande Filion, psychopédagogue et coauteure du système ESAR de classification et d’analyse des jeux et des jouets.

Et faut-il privilégier les jouets dits « éducatifs » pour faire apprendre des choses à son enfant? En général, la mention « jouet éducatif » signifie que ce jouet cible un apprentissage précis : connaître les chiffres, les formes, les lettres, etc. Même s’ils peuvent être intéressants, les jouets éducatifs ne sont pas nécessaires au bon développement d’un enfant. « Rien ne prouve qu’ils sont supérieurs aux autres, affirme l’ergothérapeute Francine Ferland. De plus, ils proposent souvent une seule façon de jouer, ce qui laisse peu de place à l’imagination de l’enfant. »

Imagination et stimulation

D’ailleurs, un bon jouet est celui qui permet à un enfant de jouer de plusieurs façons. « Ma fille s’amuse souvent avec des jouets aimantés en forme de parties d’animaux, dit Louis-Antoine Lassonde, papa de Madeleine, 2 ans, et de Jérôme, 9 mois. Elle mélange les morceaux pour créer des animaux bizarres. » De son côté, le petit Matteo, 2 ans, préfère les blocs. « Au début, il faisait juste les empiler, mais il essaie maintenant de fabriquer des objets, comme un avion ou une auto », indique Bruno Tremblay, papa du petit garçon et d’un bébé de 4 mois, Adamo.

Grâce aux jouets, un enfant est aussi stimulé sur plusieurs plans. « Pour ma fille, ses toutous et ses poupées sont ses bébés, raconte Fay Gilbert, maman d’Elsie-Ye Ni, 5 ans. Elle les lave, les nourrit, les habille, les promène, leur fait faire dodo et il arrive même qu’elle les chicane. » Lorsqu’elle joue ainsi, la petite fille exerce son langage, sa motricité fine, utilise son imagination, développe son autonomie, exprime ses émotions et bien plus!

Les jouets favorisent aussi le développement sensoriel et moteur. « Un hochet de cheville, par exemple, aide le bébé à prendre conscience de son corps et à en découvrir les limites, dit Marie-Annick Béliveau, physiothérapeute pédiatrique. Pour toucher au hochet, le bébé plie son corps en faisant travailler les muscles de son ventre, ramène ses pieds vers ses mains. » Et lorsqu’un enfant de 3 ans enfourche un ballon-sauteur, par exemple, il développe son équilibre, renforce ses muscles et apprend à se redresser pour ne pas tomber.

Essentiels, les jouets?
Si le jeu est essentiel au développement d’un enfant, les jouets, eux, sont plutôt des instruments du jeu, selon l’ergothérapeute Francine Ferland. « Leur rôle est de stimuler et de soutenir le jeu, mais ils ne sont pas essentiels. Quand un enfant s’amuse à imiter les cris des animaux ou à faire un bonhomme de neige, il n’a aucun jouet et, pourtant, il joue quand même », dit-elle.

4 critères à regarder

Plaisir

« Le plaisir est le moteur du jeu, dit Rolande Filion. C’est ce qui va pousser votre enfant à jouer et à rejouer avec un jouet. »

Sécurité et durabilité

Il est conseillé de vérifier la qualité et la solidité des matériaux utilisés, car certains jouets se brisent facilement et peuvent ne pas être sécuritaires. Si votre enfant a moins de 3 ans, il ne faut pas lui offrir de jouets qui comportent de petites pièces, car ils peuvent causer des étouffements.

Polyvalence

Un bon jouet devrait pouvoir être utilisé de différentes façons, dans différents lieux. Il encourage ainsi votre enfant à se servir de son imagination et à participer activement au jeu. Et comme votre tout-petit peut jouer avec ce jouet de différentes manières, celui-ci grandit avec votre enfant. Les blocs, les figurines et la pâte à modeler sont des exemples de jouets polyvalents. Les ballons aussi. « D’abord, le bébé rampe vers le ballon qui roule sur le sol, dit la physiothérapeute Marie-Annick Béliveau. En grandissant, il apprendra à le faire rouler vers quelqu’un, à le lancer, à le faire rebondir, à le frapper avec le pied, à l’attraper… »

Variété

Les préférences de votre enfant peuvent vous aider à choisir un jouet pour lui. Cependant, il est bon de lui permettre d’explorer des jouets variés. Ainsi, avant d’acheter un jouet, pensez à ce qu’il apporterait de nouveau à votre enfant par rapport à ceux qu’il a déjà. Que stimule-t-il? Quels apprentissages favorise-t-il? « Idéalement, le nouveau jouet devrait être un complément aux jouets de votre enfant et non un double », estime Francine Ferland.

Peut-on se fier à l’âge indiqué sur l’emballage? C’est souvent un bon repère. Si toutefois la tranche d’âge est large, il vaut mieux se poser des questions. « Par exemple, certains jouets sont destinés aux 0 à 3 ans, mais un bébé de 6 mois ne s’intéresse pas aux mêmes choses qu’un enfant de 3 ans et vice-versa, constate Francine Ferland. En plus de l’âge de votre enfant, il est important de tenir compte de son stade de développement lors de l’achat d’un jouet. »

Par ailleurs, ce n’est pas une bonne idée de lui offrir un jouet trop complexe pour lui, même si vous pensez qu’il est en avance pour son âge. Pour que le plaisir soit au rendez-vous, le jouet doit proposer un défi à la mesure des capacités de votre tout-petit : ni trop difficile ni trop facile.

Ça fait du bruit!
De nombreux jouets font des sons. Pour éviter que votre enfant développe un problème d’audition, mieux vaut choisir un jouet permettant de régler le volume ou même d’éteindre le son. Les tout-petits ont tendance à approcher le jouet de leur oreille pour mieux entendre le son, ce qui peut nuire à leur audition. Par ailleurs, lorsque « faire du bruit » en appuyant sur le bouton devient le but du jeu, votre enfant utilise moins son imagination. Avant d’acheter un jouet sonore, il faut donc se demander si le son apporte vraiment quelque chose. Souvent, un camion, un toutou ou une poupée qui ne font pas de bruit sont tout aussi amusants… et, en plus, ils n’ont pas besoin de piles pour fonctionner. Pour les jouets où le son est nécessaire au jeu, il est conseillé de régler le volume au minimum ou de coller du ruban adhésif sur le haut-parleur.

Des jouets sans trop dépenser

Les enfants ont souvent beaucoup de jouets. En général, ils n’en utilisent que quelques-uns. « Quand un enfant a trop de jouets, il ne les voit plus, remarque Rolande Filion. Il est préférable d’en acheter moins, mais de meilleure qualité. Les parents peuvent aussi faire des échanges avec des amis ou emprunter des jouets et des jeux dans des joujouthèques, des ludothèques et dans certaines bibliothèques. C’est un moyen économique et écologique de donner accès à un éventail de jouets variés à l’enfant. » Faire une rotation des jouets de la maison en en cachant une partie et en les ressortant plus tard est aussi une bonne idée.

Les objets de tous les jours peuvent aussi procurer beaucoup de plaisir. Quel tout-petit n’aime pas jouer avec des contenants, les remplir d’eau à l’heure du bain ou taper dessus pour faire de la musique? « Des rouleaux d’essuie-tout vides peuvent devenir des jumelles de pirate ; un coussin peut devenir un “trône” ; des bouteilles vides en plastique peuvent être utilisées comme des quilles… », énumère Francine Ferland.

Et que dire des boîtes de carton? Une grosse boîte peut se transformer en tunnel, en auto, en château, en robot, etc. « On peut aussi utiliser des boîtes dans un parcours à obstacles, suggère la physiothérapeute Marie-Annick Béliveau. Et les tout-petits auront beaucoup de plaisir à empiler des boîtes de différentes grandeurs ou à cacher des objets dedans. »

L’autre jour, Elsie-Ye Ni a aidé son papa à fabriquer des accessoires pour son costume de superhéroïne. « Avec une assiette à tarte, du papier collant et de la peinture, nous avons fabriqué un beau bouclier », dit Martin Forgues, son papa. Comme quoi, il suffit parfois d’un brin d’imagination et d’un peu de bricolage pour obtenir des jouets maison qui ne coûtent presque rien.

 

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, novembre-décembre 2019
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand
Révision scientifique : Josiane Caron Santha, ergothérapeute

 

Photos : Maxim Morin et GettyImages/Doble-d

Partager