Plus stressés qu'avant, les parents?

Plus stressés qu'avant, les parents?
Tout indique que nous sommes aujourd’hui plus stressés que les parents des générations précédentes. Et les raisons sont nombreuses : pression sociale accrue, conciliation famille-travail plus difficile, unions moins longues…

Tout indique que nous sommes aujourd’hui plus stressés que les parents des générations précédentes. Et les raisons sont nombreuses : pression sociale accrue, conciliation famille-travail plus difficile, unions moins longues…

« Les parents se mettent beaucoup de pression pour bien faire les choses, pour que tout soit parfait », remarque la psychologue Nathalie Parent. Fanie, maman de trois enfants en témoigne. « Je suis très exigeante envers moi, alors je remets beaucoup en question mes décisions parentales. Est-ce que je stimule trop mes enfants ? Pas assez ? Ça ne m’empêche pas de dormir, mais j’y pense souvent. »

Le stress lié au travail…

La conciliation famille-travail ajoute aussi beaucoup de pression sur les parents. Aller mener et chercher les enfants à la garderie, planifier et préparer les repas, s’occuper des rendez-vous médicaux… Toutes ces responsabilités représentent un important facteur de stress parental.

« Sans compter que les parents vivent aussi des situations stressantes au travail ! », ajoute le travailleur social Steve Audet. Même se rendre au travail est devenu une source de stress en raison des nombreux problèmes de circulation ! En 2015, une étude québécoise a d’ailleurs établi un lien entre la congestion routière, le stress et l’épuisement professionnel.

… et à la vie de famille

Le modèle familial peut aussi avoir un effet sur le stress. Les unions durent moins longtemps qu’avant, il y a donc plus de séparations et de familles recomposées. Cela cause plusieurs changements qui sont d’autres sources de stress pour les parents. Une étude américaine est même arrivée à la conclusion que les parents de famille recomposée étaient plus à risque de dépression. Ces parents chercheraient à bien réussir dans chacun de leurs rôles, ce qui leur mettrait beaucoup de pression.

Autre facteur de stress à ne pas négliger : l’obsession des parents pour la sécurité des enfants, même si nous vivons dans une société plus sécuritaire qu’avant et où les dangers ne sont pas nombreux. « Les parents voient plus que jamais du danger partout, dit Sonia Lupien. Et l’information qui circule dans les médias et sur Internet alimente leurs peurs. »

Le burn-out parental


Vivre du stress à répétition peut causer des problèmes de santé mentale. Certains parents souffriraient notamment de burn-out parental, un trouble qui n’est toutefois pas reconnu officiellement.

Selon les chercheuses belges Moïra Mikolajczak et Isabelle Roskam, le burn-out parental comporte trois dimensions. Tout d’abord, le parent touché ressent un épuisement physique et émotionnel : il est vidé, au bout du rouleau et tout lui apparaît comme une montagne. Ensuite, il s’intéresse moins à ses enfants, il a de la difficulté à avoir du plaisir avec eux et à leur montrer qu’il les aime. Enfin, il a l’impression de ne pas être un bon parent.

Plusieurs facteurs peuvent mener au burn-out parental. Cependant, le désir d’être un parent parfait et le fait de se fixer un idéal impossible à atteindre jouent un rôle important. Il s’agit aussi souvent d’un parent qui s’est investi à fond dans son rôle parental en oubliant les autres aspects de sa vie. Par exemple, il a donné sans compter pour ce qui concerne les soins à l’enfant, les activités d’éveil, les repas et le temps passé à jouer, décrivent les chercheuses dans leur livre Le burn-out parental. Le parent finit par ne plus prendre de temps pour lui, par négliger ses amis, ses loisirs et sa vie de couple. Et il finit par craquer.

Pour éviter le burn-out parental, il est important d’ajuster ses attentes parentales à sa propre réalité, de prendre du temps pour soi et de faire équipe avec son partenaire pour les soins aux enfants et les tâches ménagères. Sans oublier de passer des moments agréables en famille !

Le stress des parents en chiffres
Selon une étude québécoise réalisée auprès de parents d’enfants de 0 à 5 ans, l’accumulation de responsabilités contribue au stress des parents.
  • Presque la moitié des parents ont souvent ou toujours l’impression de courir toute la journée pour faire ce qu’ils ont à faire.
  • Un peu plus du tiers des parents disent être souvent ou toujours épuisés lorsqu’arrive l’heure du souper.
  • 55 % des parents n’ont jamais ou ont rarement l’impression d’avoir suffisamment de temps libre pour eux
  • 15 % des parents disent vivre souvent ou toujours beaucoup de stress lié au comportement de leurs enfants ou aux difficultés vécues par ceux-ci.
Source : Mieux connaître la parentalité au Québec, Institut de la statistique du Québec, mai 2016.
Naître et grandir

Source : magazine Naître et grandir, novembre 2017
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand
Révision scientifique : Dr. Nicolas Chevrier, psychologue

Partager