Comprendre le stress

Comprendre le stress
Les crises du petit dernier, la gastro du plus vieux, les mille et une choses à faire dans la maison, les exigences du travail… Il existe un tas de raisons de vivre du stress. Mais qu’est-ce que le stress, au juste?

Les crises du petit dernier, la gastro du plus vieux, les mille et une choses à faire dans la maison, les exigences du travail… Il existe un tas de raisons de vivre du stress. Mais qu’est-ce que le stress, au juste?

Il est normal de vivre du stress quand on est parent. Le stress est même essentiel, car il permet de s’adapter aux situations difficiles, nouvelles ou imprévues et de réagir aux dangers.

Si vous voyez votre tout-petit partir en courant vers la rue, il y a de bonnes chances qu’une poussée de stress vous permette de courir plus vite que jamais pour le rattraper à temps, donne en exemple la psychologue Nathalie Parent. « Quand vous attendez un premier enfant ou quand vous partez en famille, le stress vous aide aussi à avoir l’énergie nécessaire pour bien vous préparer », ajoute-t-elle.

Une question d’hormones

Lorsque le cerveau détecte ce qu’il considère comme une menace, le corps produit de l’adrénaline et du cortisol, deux hormones qui donnent un surplus d’énergie. L’adrénaline aide le cœur à pomper plus de sang et à l’envoyer vers les muscles pour leur donner de la force. Elle active aussi les poumons pour permettre au sang de recevoir une bonne quantité d’oxygène. Le cortisol, pour sa part, aide à garder un taux d’énergie élevé et à rendre plus vigilant.

Il n’est toutefois pas nécessaire qu’un événement stressant survienne réellement pour que le corps produise les hormones du stress. C’est l’interprétation des événements que fait notre cerveau qui produit la réaction de stress. « Le simple fait de penser à un événement peut déclencher la production des hormones de stress », souligne Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain.

En petites quantités, ces hormones sont utiles. Mais s’il y en a trop, durant une longue période, ce n’est pas bon. Quand on est exposé longtemps et souvent à des situations stressantes, le stress devient chronique, « un peu comme si on était tout le temps sous tension », dit Nathalie Parent.

Or, le stress chronique est mauvais pour la santé. Il peut, entre autres, affecter l’humeur et nuire au sommeil. Il peut même dérégler le bon fonctionnement du corps, ce qui augmente les risques d’avoir des problèmes de santé : obésité abdominale, dépression, mauvais cholestérol, maladies du cœur, diabète, etc.

Les ingrédients du stress

Nous sécrétons des hormones de stress lorsqu’une situation présente l’un ou plusieurs de ces éléments :

C pour Contrôle faible

Manquer de contrôle sur les événements apporte du stress. Par exemple : votre bébé a des coliques impossibles à calmer, votre enfant est né prématurément, vous êtes coincé dans le trafic et vous allez être en retard à la garderie, etc.

I pour Imprévisibilité

Faire face à un événement soudain qui demande d’agir vite est aussi stressant : votre enfant fait une crise à l’épicerie ou l’éducatrice demande à vous rencontrer. Autre exemple : les filles de Mathieu qui ont été malades à répétition récemment. « Ce n’était rien de grave, mais j’ai manqué plusieurs journées de travail, raconte le papa de Lily, 4 ans, et de Charlie, 15 mois. Ça a créé un stress, car je ne savais jamais quand ça arriverait. »

N pour Nouveauté

Toute situation nouvelle qui n’a jamais été expérimentée peut également amener du stress : vous attendez votre premier enfant, vous venez de vous séparer, votre enfant entre à la garderie, etc.

É pour Égo menacé

Les moments où vos compétences sont remises en question sont aussi une source de stress. Même chose quand vous vous sentez jugé ou que vous doutez de vos capacités. Par exemple, Marie-Ève, maman de Lily et de Charlie, est un peu stressée quand elle allaite en public. « Je me demande toujours si quelqu’un va me regarder de travers. » Son stress monte aussi lorsque ses filles ont un examen de routine chez le médecin. « Je vis cela comme si c’était un examen de passage pour mon rôle de mère! Mes enfants sont en santé et je m’en occupe bien, mais mon cœur bat fort quand même. »

Un moyen facile de se souvenir de ces quatre éléments est l’acronyme CINÉ. Il peut vous aider à identifier rapidement les ingrédients du stress, que vous pourriez essayer d’éliminer.

Le stress, c’est personnel

Le stress touche tout le monde à différents degrés, mais il dépend aussi de chaque personne. « Ce qui est stressant pour vous ne l’est pas forcément pour les autres parents, dit Sonia Lupien. Par exemple, vous êtes peut-être stressé parce que votre plus grand entrera bientôt à la maternelle, car c’est une situation nouvelle pour vous. Mais pour les parents de quatre enfants qui sont déjà passés par là, cette situation sera beaucoup moins stressante. »

« Les gens qui ont tendance à dramatiser ou à s’inquiéter beaucoup sont plus portés à vivre du stress », ajoute Steve Audet, travailleur social et psychothérapeute au Centre de consultation conjugale et familiale de Québec. D’ailleurs, la recherche démontre que les personnes anxieuses et celles qui ont une faible estime de soi produisent plus d’hormones de stress.

Vous êtes aussi plus à risque de vivre du stress si vous vivez dans un milieu défavorisé, que vous avez des problèmes d’argent ou de la difficulté à répondre aux besoins de base de votre famille, comme se nourrir et se loger.

Votre façon de voir les choses a aussi une influence sur votre niveau de stress.

Avoir un enfant malade, avec un handicap, un trouble d’apprentissage ou un retard de développement est aussi un facteur de stress, de même que le fait d’être isolé. Avoir du soutien et un bon réseau peut, au contraire, aider à se protéger du stress. Il est donc important comme parent d’aller chercher du soutien auprès de sa famille, d’amis ou de groupes d’entraide et d’organismes communautaires.

« Même les groupes de parents sur Internet peuvent avoir un effet positif, estime Sonia Lupien. Quand on a un petit bébé et qu’on ne dort plus, les conseils et les encouragements d’autres parents font du bien, car ils nous donnent l’impression de reprendre du contrôle sur la situation. »

Manque de temps = stress?
Le manque de temps est souvent montré du doigt comme étant responsable du stress, mais des nuances s’imposent. « Ce n’est pas le manque de temps qui est à l’origine du stress, mais plutôt l’impression de perdre le contrôle sur le temps. Il y a des gens très occupés qui courent tout le temps et qui ne sont pas stressés », explique Sonia Lupien.

 

Photos : GettyImages/Zergkind et Kate_Sept2004

 

Naître et grandir

Source : magazine Naître et grandir, novembre 2017
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand
Révision scientifique : Dr. Nicolas Chevrier, psychologue

Partager