L'importance d'être bien entouré

L'importance d'être bien entouré
Martin Clavet est le papa du petit Léonard, 4 ans, qui a plusieurs handicaps. Son histoire montre qu’il est possible d’être un parent comme les autres avec un enfant différent, surtout quand on est bien entouré.
Martin Clavet est le papa du petit Léonard, 4 ans, qui a plusieurs handicaps. Son histoire montre qu’il est possible d’être un parent comme les autres avec un enfant différent, surtout quand on est bien entouré.

« Mon petit garçon est atteint du syndrome MEDNIK, une maladie génétique très rare qui entraîne chez lui un retard de développement. Il ne parle pas et ne marche pas. Il se déplace à l’aide d’une marchette spécialisée. Léo a aussi des allergies alimentaires et il ne mastique pas.

Ma conjointe est Française. Ses parents habitent en France et les miens sont à Québec. Même si nos familles ne sont pas près de nous, nous recevons beaucoup de soutien pour prendre soin de Léo. Ma tante Claudette, qui habite près de chez nous, nous apporte une aide exceptionnelle. Elle prend Léo tous les dimanches. Elle est tellement experte dans les soins à lui donner qu’elle le garde parfois à coucher! Elle le fait danser, elle lui fait écouter de la musique, elle l’amène au parc. Elle le fait rire et il est toujours heureux d’être avec elle. Ça nous permet de respirer et de reprendre notre énergie.

Grâce au programme d’allocation chèque-emploi-service, entre autres, nous avons aussi pu engager une personne pour garder Léo 20 heures par semaine quand il était bébé. Nous avons été chanceux parce que nous avons trouvé un étudiant en physiothérapie qui lui faisait faire des jeux et des exercices pour renforcer ses muscles.

Tous les gens qui prennent soin de Léo lui apportent beaucoup.

En plus, depuis qu’il a 1 ½ an, Léo fréquente une garderie spécialisée qui accueille des enfants handicapés. Les éducatrices sont super et notre fils y reçoit des services de physiothérapie et d’ergothérapie. Ça brise sa routine et ça lui permet de s’ouvrir au monde. C’est un soutien majeur. Cela nous permet de continuer à travailler et d’avoir une vie de parents comme les autres.

Et il y a, bien sûr, le personnel médical qui nous guide dans les soins à lui apporter. Notre garçon est suivi à l’unité des soins complexes de l’Hôpital de Montréal pour enfants. Nous pouvons appeler l’infirmière de garde n’importe quand, en cas de problème. Nous pouvons aussi compter sur l’aide des travailleurs sociaux du CLSC.

Tous ces gens qui prennent soin de Léo lui apportent beaucoup. Ils le stimulent à leur façon. Je pense que c’est grâce à tout ça que Léo avance un peu plus chaque jour.  »

 

Naître et grandir

Source : magazine Naître et grandir, mai-juin 2017
Propos recueillis par Julie Leduc

 

Photo: Nicolas St-Germain

Partager