Votre tout-petit vous imite? Tant mieux!

Votre tout-petit vous imite? Tant mieux!
Par Marie-Ève B-Gaudin, Orthophoniste
Certains enfants tardent à dire leurs premiers mots. Imiter fait partie des habiletés qui gagnent à être développées pour pouvoir parler.

Certains enfants tardent à dire leurs premiers mots. Même s’ils démontrent de l’intérêt pour interagir et même s’ils comprennent les consignes et les questions simples, ils ne possèdent pas nécessairement toutes les habiletés nécessaires pour « parler ». Imiter fait partie de celles qui gagnent parfois à être développées.

Imiter les gens est une des façons d’apprendre. Pour imiter, un enfant doit observer des adultes ou des enfants, puis intégrer leurs gestes, leurs sons ou leurs mots. C’est dans l’action qu’un tout-petit apprend à mieux comprendre ce qu’il a imité. Par exemple, s’il fait bravo en tapant dans ses mains après son parent, il apprend comment faire le geste, mais aussi à l’utiliser dans le bon contexte.

De 6 à 10 mois, l’enfant se met généralement à imiter des actions et des gestes. Par exemple, il tape dans ses mains au son d’une musique pour faire comme son parent. Peu à peu, à partir de 10 mois environ, il devient capable de reproduire des bruits, comme les cris des animaux. D’ailleurs, les bruits qu’un enfant a imités deviennent souvent ses premiers « mots », car il finit par les utiliser de lui-même. C’est le cas s’il dit « miaou » pour désigner un chat, par exemple.

Une fois que l’enfant est habile à imiter des actions, des gestes, des sons et des bruits, il est souvent prêt à répéter des mots que dit son parent. De 12 à 18 mois, cela devient souvent un réflexe pour lui de faire le « perroquet ». Il se pratique et apprend des mots de cette façon. D’ailleurs, rien ne sert de demander à l’enfant de répéter : cela lui viendra spontanément.

Comment encourager votre enfant à imiter?

Pour encourager votre enfant à imiter, il est bien de faire beaucoup de gestes et de bruits vous-même. Il peut aussi être intéressant d’imiter ce que fait votre enfant ou les sons qu’il produit. Il sentira que c’est intéressant et il verra que l’imitation peut être amusante! Ensuite viendront les mots. Voici quelques exemples.

  • Faites des gestes : tapez dans les mains, faites bravo et bye bye, cachez-vous les yeux pour faire coucou, pointez un objet qui intéresse votre enfant, etc. Il est intéressant d’associer les gestes à des mots. Par exemple, vos mains cachant vos yeux, dites « coucou » en les retirant. Les comptines sont idéales pour cela.
  • Faites des bruits et des sons : des bruits d’animaux, de moyens de transport, d’objets de la maison comme le micro-ondes, des onomatopées comme « boum! », etc. En plus d’être souvent plus faciles à reproduire que les mots, les bruits et les sons ont le pouvoir de capter l’attention de votre enfant!
  • Nommez régulièrement ce qui intéresse votre enfant et ce qui attire son attention. Par exemple, s’il joue avec un camion, vous pouvez dire « Oh! C’est ton camion! ». Votre enfant aura plus de facilité à vous imiter si votre débit est lent et si le mot est bien articulé. Même lorsqu’il n’imite pas de mots, nommer ce qui l’intéresse est une stratégie gagnante pour l’aider à bâtir le vocabulaire qu’il comprend.

Il faut toujours se rappeler également que votre enfant a besoin que vous fassiez une pause pour pouvoir imiter. Il voit ainsi qu’il peut prendre sa place et essayer!

Et vous, votre enfant imite-t-il? Si oui, quoi?

 

Photo : GettyImages/olesiabilkei

Marie-Ève B-Gaudin, Orthophoniste
À la fois orthophoniste et maman, je vous parle dans mes mots du développement de la communication et du langage de mes deux enfants.
Toutes les chroniques de l'auteur