Aliments permis ou non durant l’allaitement

Aliments permis ou non durant l’allaitement
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

Mon « bébé » a 3 ans et l’allaitement me semble appartenir à un lointain passé. J’en garde un magnifique souvenir. Je recommencerais demain matin. Et ce malgré le billet sur les côtés déplaisants – The ugly thruth – de l’allaitement que je viens de lire.

Au nombre des inconvénients associés à l’allaitement, il y a bien sûr les restrictions alimentaires. L’auteure du billet parle de la prévalence des allergies alimentaires chez les enfants et avertit que la maman qui allaite devra envisager de couper les produits laitiers, le sucre, le blé, le soya ou le maïs de son alimentation en cas de problème. Je tiens à souligner « en cas de problème » pour éviter les erreurs d’interprétation et les privations inutiles. En effet, aucune étude de prouve que le fait de retirer certains aliments du régime durant l’allaitement empêchera bébé de développer des allergies. Il n’y a donc pas lieu de vous priver, sauf bien sûr si votre bébé réagit réellement à certaines substances que vous mangez.

Au nombre des restrictions, il y a aussi l’alcool, bien sûr. Vous pouvez vous offrir le plaisir d’un verre, à condition toutefois de le faire au bon moment. Puisque l’alcool passe dans votre lait environ 1 heure après avoir été consommé et qu’il prend 2 ou 3 heures avant d’être complètement éliminé, mieux vaut planifier l’apéro ou la coupe de vin en fonction de cela. L’idéal est en fait de prévoir un biberon, car on ne sait jamais quand bébé décidera de changer ses habitudes pour réclamer un boire plus rapproché. Une exposition prolongée à l’alcool pourrait freiner le développement moteur de bébé.

Tout comme l’alcool, la caféine se retrouve dans votre lait de 1 à 3 heures après l’ingestion de café, thé, cola, etc. Puisqu’elle risque de perturber le sommeil de votre bébé, il vaut mieux se limiter à 1 ou 2 tasses de café par jour. Évitez les boissons énergisantes qui, en plus de la caféine, renferment une panoplie d’autres ingrédients que vous ne souhaitez pas que votre bébé consomme.

Assez parlé de ce qu’on ne peut pas boire ou manger en allaitant, voici un aliment que l’on peut enfin déguster : les sushis. Oui, oui! Bonne nouvelle, n’est-ce pas? Après les 9 mois d’abstinence imposée par la grossesse, l’allaitement lève l’embargo, car les bactéries et les parasites, s’ils sont présents, ne sont pas transmis dans le lait maternel. Il demeure toutefois important d’être vigilant quant aux espèces de poissons utilisées. Certaines, comme le thon rouge, le requin et l’espadon, renferment des quantités préoccupantes de mercure. Il est recommandé aux femmes qui allaitent d’en manger au maximum 3 fois par mois. Mais comme il existe au moins 1 000 sortes de sushis, vous ne devriez pas trop en souffrir!

Manger quand on allaite n’est pas si compliqué ou restreignant. On se concentre sur toutes les possibilités qui s’offrent à nous et c’est même l’occasion de découvrir de nouvelles façons d’apprêter des aliments usuels. À cet effet, le site SOS Cuisine propose désormais des menus intelligents pour l’allaitement. Entre deux boires, vous irez y jeter un coup d’oeil!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet