Quand maman et papa se séparent...

Quand maman et papa se séparent...
Que la séparation soit soudaine, attendue, facile ou difficile, la question revient souvent : comment aider les enfants à vivre cette étape?

Plusieurs parents vivent des séparations. Toutes sortes de séparations : des séparations soudaines, des séparations attendues, des séparations difficiles, des séparations bien orchestrées… Peu importe la séparation, la question revient souvent : comment aider les enfants à vivre cette étape le mieux possible?

L’annonce

La façon de gérer l’annonce est une première étape importante. Je dis toujours aux parents de ne jamais oublier que leur enfant est constitué à 50 % de leur ex-conjoint. Cette phrase frappe et nous ramène à un fait important de la vie. Humilier l’autre conjoint et le rabaisser devant l’enfant est donc très mauvais pour son estime de soi. « Je suis à moitié mon père et à moitié ma mère. » C’est ce que l’enfant considère comme sa réalité, son identité.

Aussi, peu importe qui a fait quoi, dans quelle situation et avec ou sans qui, ces informations sont inutiles pour un enfant. Il n’a pas à savoir pourquoi la séparation a lieu et de qui provient la décision. Mettre fin à une relation est une décision de couple qui ne concerne que le couple. Cette réalité est valable pour les tout-petits, mais elle l’est également pour des adolescents. La neutralité dans l’annonce de la séparation est essentielle. Cette neutralité implique que les deux parents soient présents lors de l’annonce et qu’aucun ne soit désigné coupable.

Dénigrer l’autre parent dans le but de nuire à sa relation avec l’enfant est ce qu’on appelle l’aliénation parentale. Et c’est un comportement dangereux. Peu importe les faits, ou que l’autre conjoint soit « fautif », rien ne justifie l’aliénation d’un parent. Il en va de l’estime de soi de l’enfant.

Aider son enfant à s’adapter

L’impact d’une séparation sur l’enfant est déjà important en soi. C’est un choc dont il se souviendra toute sa vie. Aussi, aider l’enfant à s’adapter à cette nouvelle réalité est primordial. Une nouvelle routine doit donc s’installer rapidement. La routine est sécurisante pour l’enfant, encore plus pour celui en bas âge. Il faut donc lui expliquer clairement la nouvelle routine et s’assurer que l’enfant y soit bien.

Reconnaître ses émotions

Bien sûr, l’enfant peut vivre de la tristesse, de la colère et de l’anxiété. Ces réactions émotionnelles vont disparaître après une période d’adaptation. Parlez de ces émotions avec votre enfant. Demandez-lui ce qui peut aider à son adaptation et ajustez-vous à sa demande, dans les limites du possible. Si les émotions fortes sont toujours présentes après quelques mois, il y a peut-être lieu de consulter.

Dans ces moments difficiles, il est important de ne jamais oublier que notre enfant nous aime tout autant l’un que l’autre et que ce qui a mis fin au couple est rarement lié au fait d’être un « bon parent » ou non.

 

Photo : iStock.com/ljubaphoto

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet